MENU

samedi 30 décembre 2017

Le Couvent des Damnées, Tomes 1 à 5

Auteur : Minoru Takeyoshi
Titre VO : Hengoku No Schwester
Traduction : Yohan Leclerc
Genre : seinen

Éditions : Glénat
Parution : Janvier 2017
Pages : 224
Série en 6 tomes

Prix : 7,60€ (papier)

Résumé
Au XVIe siècle, dans le Saint-Empire romain, l’inquisition condamnait de nombreux innocents au bûcher. Privée de sa famille, Ella se retrouve envoyée dans un couvent qui rééduque « les filles de sorcières ». Tortures et miracles viendront-ils à bout de la flamme de vengeance qui brûle en elle ?

Encensé par Hiromu Arakawa (Fullmetal Alchemist) ou Makoto Yukimura (Vinland Saga), cette première œuvre d’une jeune auteure brille par sa fougue. À l’heure où les héros deviennent chétifs et nonchalants, on a indéniablement envie de suivre cette héroïne forte et indépendante qui n’hésite pas à se salir les mains pour défendre ses idéaux et protéger les siens.

Avis de Marie

La cible première des seinen est en général un public jeune adulte masculin. Il faut croire que j’ai toujours eu un côté garçon manqué et que ce genre me convient parfaitement. Même si, sans surprise, de plus en plus, ces clivages de genre ont tendance à sauter. En fait, il s’agit ni plus ni moins que d’aller au-delà et de trouver son bonheur dans la littérature, manga ou pas.
Le Couvent des Damnées est une série en six tomes dont la parution du cinquième est prévue courant janvier 2018 (le 17 pour être exacte). Mais grâce à notre partenariat avec les Éditions Glénat, nous avons pu nous plonger dans la lecture de ce nouveau tome en avant-première. Et quelle lecture ! Je ne vais pas vous cacher que j’attendais cette suite avec impatience et que je l’ai dévoré en même pas une trentaine de minutes tellement j’étais happée par l’histoire. Mais first, Le Couvent des Damnées, késako ?

Le Couvent des Damnées, c’est une histoire sombre et violente où religion et sorcellerie sont intrinsèquement liées. A l’heure où le Saint Empire romain règne, les innocents meurent sous les flammes de l’Inquisition. Ella, comme tant d’autres jeunes filles, est envoyée dans un couvent, mais pas n’importe lequel. Celui-ci regroupe des renégates, des filles dont personnes ne veut, des « filles de sorcières ». Leurs parents, leurs proches, tous ont été condamnés pour avoir pratiqué la sorcellerie et manqué à la parole de Dieu. Leur seule expiation possible : rejoindre ce couvent où elles pourront peut-être racheter leurs pêchés et sauver leur âme… Ella, dont le cœur brûle de vengeance, ne se laisse pas pour autant prendre au jeu. Si elle veut satisfaire son désir, il lui faudra faire montre de force et de courage mais surtout d’une extrême patience tout en redoublant de prudence. Les sœurs veillent au grain et il n’est pas question que l’une de leurs « protégées » vienne faire basculer leur ordre bien établi. Si elles ne reculent devant rien pour éliminer la mauvaise herbe, Ella non plus et c’est à une ennemie coriace qu’elles devront faire face. Face à un ordre aussi puissant, Ella n’a pas le droit à l’erreur et les sœurs ne devront à aucun moment la suspecter. Faute de quoi, elles n’hésiteront pas à la torturer et l’exécuter sans sourciller.

Très rapidement, nous sommes plongés dans une ambiance sombre, à l’atmosphère tendue. Ella, de prime abord, n’est pas le personnage le plus sympathique qui soit. Nous n’avons guère le temps de nous y attacher qu’elle est jetée en pâture à ces « bonnes » sœurs. Nous découvrons alors un personnage à la volonté de fer, à la force de vivre certaine et dont l’âme brûle d’obtenir vengeance. Au contact d’autres pensionnaires, nous découvrons également une autre jeune fille, capable de faire preuve d’humanité. Mais les sentiments ne sauraient avoir leur place ici. Si Ella veut survivre, il ne lui faudra reculer devant aucun sacrifice. Seule, elle ne pourra atteindre son objectif. Comment choisir ses alliées dans cet univers clos et où l’amie d’un jour peut se révéler sa pire ennemie ? Droguées et endoctrinées, le monde extérieur ne semble plus avoir de prise sur ces fanatiques. Edelgard, grande maîtresse de l’Ordre du Claustrum, les mène d’une main de fer et porte leur fanatisme au plus fort. Nul ne sait ce que son Ordre projette mais Ella est bien déterminée à obtenir vengeance, quitte à viser l’impossible : Edelgard.


Ella ne connaîtra aucun répit tant que son combat n’aura pas pris fin. En entrant dans Le Couvent des Damnées, elle sait qu’elle n’a plus aucun choix : son désir de vengeance a signé son arrêt de mort. L’échec n’est pas envisageable.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire