MENU

samedi 30 septembre 2017

Frappe-toi le cœur

Auteur : Amélie Nothomb
Genre : roman

Éditions : Albin Michel
Publication : 23 Août 2017
Pages : 180

Prix : 16,90€ (papier) – 11,99€ (ebook)

Résumé
"Frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le génie", Alfred de Musset.


Avis de Marie
Appréciée ou décriée, Amélie Nothomb ne fait pas, comme nombre d’auteurs très connus, l’unanimité. Certains loueront son génie, d’autres décrieront sa fadeur. Pour ma part, je ne loue ni ne décrie quoique ce soit la concernant. J’apprécie tout simplement ses romans, avec des préférences plus ou moins marquées pour certains.
Frappe-toi le cœur est sa dernière publication en date. Et si je n’ai pas lu toutes les œuvres d’Amélie Nothomb, pour le moment elle est l’une de celles que j’ai préférées. Frappe-toi le cœur, c’est une histoire de jalousie, sous toutes ces formes.

Tout commence dans les années 1970 avec Marie, une jeune femme, encore adolescente, très belle. Admirée de tous pour son physique d’ange, elle aime être le centre d’intérêt de toutes et de tous. Elle ne vit que pour ça. Mais lorsqu’elle réalise qu’avec la naissance de son premier enfant, Diane, cette attention est redirigée envers ce petit être qu’elle a mis au monde,  loin de ressentir toute la fierté d’une mère, elle s’en offusque. Marie tient à distance Diane, elle ne parvient pas à ressentir cet amour maternel dont tout le monde lui parle. Au contraire, elle est jalouse du fruit de ses entrailles, la chair de sa chair… Pire ! A sa jalousie, s’ajoutent son égoïsme et son mépris pour sa propre fille… Loin de s’en offusquer, Diane, qui ne comprend pas cette absence d’amour maternel, va excuser sa mère. Ce n’est pas sa faute, elle est comme ça avec tous les gens qui l’entourent. Ou presque ! Diane comprend un jour que cette jalousie et ce mépris, c’est bien elle qui en est l’objet…
Comment grandir quand on se sait détester par sa propre mère ? Comment une enfant peut-elle gérer ce rejet, cette douleur permanente ? D’autant plus que ses proches semblent aveugles à ce qu’il se passe. L’ignorance, le dédain, le mépris, Diane est confrontée dès son plus jeune âge aux sentiments les plus vils des êtres humains.

Sans dire que c’est un chef-d’œuvre, n’exagérons rien, Frappe-toi le cœur n’en reste pas moins un court roman efficace et agréable à lire. De son style d’écriture toujours aussi épuré, si ce n’est plus, Amélie Nothomb nous trace des portraits précis et sans fioritures au travers desquels sont évoqués des thèmes tels que la jalousie, le manque d’affection ou encore les relations mère-fille. Le titre, reprenant un vers du poème « À mon ami Edouard B. » d’Alfred de Musset (Premières poésies, 1829) n’est pas particulièrement parlant au départ. Pourtant, progressivement, nous comprenons la pertinence de ce choix. Et force est d’admettre que le titre est particulièrement bien choisi. Inutile d’en dire plus sur ce point, cela lèverait tout le plaisir de la lecture.


Alors oui, Frappe-toi le cœur paraît superficiel. Et on peut l’envisager comme tel sans aucun problème : une lecture rapide, simple et efficace. Mais on peut également décider d’aller un peu plus loin, de creuser la réflexion, d’essayer de lire entre les lignes. Et là, on se rend compte que derrière les mots, il y a une réelle réflexion. L’auteur a pensé à son texte, à ce qu’elle souhaitait y transmettre, où elle voulait nous emmener. Certains la qualifieront de génie, je n’irai pas jusque-là, je ne me sens pas légitime pour qualifier un auteur de génie ou pas. À titre personnel, je peux vous dire que j’ai apprécié ce petit roman, qui tient davantage de la nouvelle, et que je l’ai trouvé bien construit. J’aime retrouver cette facilité de lecture des écrits d’Amélie Nothomb tout en ayant la possibilité d’aller plus loin que ce qui est écrit si l’envie m’en prend.

Extrait

« Quel plaisir d’être cent fois respirée, mille fois convoitée, jamais butinée. »

2 commentaires :

  1. Je ne sais pas si je lirai celui-ci, mais d'autres romans de l'auteure me tente. Elle a un univers qui me plaît plutôt bien.

    RépondreSupprimer
  2. Je découvre cette année cette autrice, j'en entends beaucoup parler et je pense que ses romans pourraient bien me plaire :)

    RépondreSupprimer