MENU

jeudi 18 janvier 2018

Carnaval

Auteur : Ray Celestin
Genre : Policier

Edition : 10/18
Parution : Mai 2016

Prix : 8,80€
Achat : Carnaval - Fnac

Quatrième de couverture
Lorsqu'en 1919 un tueur en série s'attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l'agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D'Andrea, vont tenter de résoudre l'affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets... Alors qu'un ouragan s'approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

Avis de Manon
J’aime beaucoup les romans policiers historiques mais je n’avais encore jamais eu l’occasion d’en lire un se déroulant au début du 20ème siècle à la Nouvelle-Orléans.
1919. Les autorités sont inquiètes. Un insaisissable tueur en série sévit en toute impunité. La police est sur les dents et les pistes quasi-inexistantes. Pour des raisons diverses, un flic ripoux tout juste sorti de prison, son ancien protégé, l’inspecteur de police qui l’a fait tomber, la jeune secrétaire d’une agence de détective et un journaliste douteux vont se retrouver à enquêter sur cette série d’homicides. Leurs enquêtes vont s’avérer complexes et les plonger, avec le lecteur, dans la face sombre de la Nouvelle-Orléans.

Le quatrième de couverture était vraiment alléchant mais je n’ai pas été emballée par le côté policier de l’intrigue. Ce dernier est très bien construit et travaillé mais j’ai trouvé l’histoire trop longue à se mettre en place. Il faut quasiment attendre la fin du livre pour que le rythme s’accélère et que l’intrigue policière prenne de l’ampleur.
La multitude de protagonistes plombe également le rythme de l’intrigue. Les chapitres sont racontés du point de vue des principaux personnages. On les voit donc progresser (ou pas) dans leur enquête au fur et à mesure que le livre avance. On a l’impression de reprendre l’enquête à zéro ou de stagner dès qu’un nouveau chapitre commence, à chaque changement de personnage. J’aurais d’ailleurs aimé que leurs enquêtes se rejoignent davantage à un moment donné et qu’ils collaborent. Ce qui n’a pas été le cas. Si Ida, Michael, Riley et Luca interagissent, ce n’est vraiment qu’épisodiquement et très rarement.

Toutefois, je ne peux pas dire que je me suis ennuyée pendant ma lecture car ce n’est pas vrai. Même si j’ai manqué d’engouement pour l’enquête policière, j’ai tout simplement adoré les descriptions de la Nouvelle-Orléans. La modernisation de la ville, les modes de vie de ses habitants, les conflits politiques, la discrimination raciale, les difficultés d’après-guerre … L’auteur a dû faire un vrai travail de recherche pour arriver à restituer cette ambiance, teintée de jazz, sombre et lumineuse à la fois.
Ici, la ville a une personnalité à part entière et semble faire ressortir ce qu’il y a de pire comme de meilleur chez ses habitants et donc chez les personnages de Ray Celestin. Intéressants et très fouillés, ils ne sont ni tout blanc ni tout noir mais essaient juste de survivre ou de se faire une place dans une ville gangrenée par le racisme, la mafia, la corruption et le communautarisme.
La musique tient également une place de choix dans le livre et j’ai apprécié le fait que l’auteur intègre une figure historique comme Louis Armstrong, avant qu’il ne soit célèbre, parmi les personnages principaux.

Si l’enquête policière de Carnaval ne m’a pas convaincu à 100%, l’idée de départ était plutôt bonne. Dommage que le rythme trop lent de l’histoire plombe l’intrigue. Mais le livre va largement le détour grâce aux descriptions imagées de l’auteur qui nous font voyager à La Nouvelle-Orléans.

Extrait
« Parce qu’un foyer, ce n’est pas là où on vit, mais là où on aimerait bien mourir. »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire