MENU

samedi 12 août 2017

Les dossiers de l’homme de l’ombre, Dossier n°1 : L’homme de l’ombre

Auteur : JPB
Genre : Policier

Éditions : Autoédition
Publication :
Pages : 164

Prix : 8,43€ (papier) – 3,32€ (ebook)

Résumé
« L’homme de l’ombre » dossier 1

Quand Marc, avocat aveugle, reprend le dossier d’un de ses collègues décédé, il ne se doute pas de ce qui l’attend. Avec son assistante, ils vont résoudre une affaire qui va les amener de Nantes vers d’autres horizons plus obscurs. De rebondissements en rebondissements, ils vont devoir sauver leur vie et lutter contre des organisations que tout le monde croyait disparues.

Le premier dossier des aventures de ce duo très spécial.


Avis de Marie
Petit cadeau de son auteur, JPB, à l’occasion de l’anniversaire du blog (merciiiii !!!), cela faisait quelques mois que je souhaitais me lancer dans cette enquête policière. C’est donc très intriguée que j’ai commencé la lecture de L’Homme de l’ombre.

Marc est un avocat nantais aveugle. Ce qui pourrait consister en un handicap pour beaucoup, en particulier dans ce métier, est devenu une force pour Marc. Aidé de sa charmante assistante, Virginie, celui-ci s’improvise Colombo et part résoudre de vieux dossiers.

L’homme de l’ombre est un policier tout ce qu’il y a de plus classique. Un voleur de tableaux meurt subitement en prison. Il faut donc à nos deux compères faire la lumière sur ce qu’il s’est passé. En remontant les traces du voleur, ils se retrouvent sur la piste d’un peintre, Wern, au succès assez relatif mais dont les œuvres recèlent de nombreux mystères. Allant de surprise en surprise et de révélations en révélations, nos deux amis ne pensaient pas que cette enquête serait aussi palpitante… Et pleine de dangers !

Du côté de l’ambiance, j’ai eu l’impression, sans que ce soit négatif, de me plonger dans l’une de ces vieilles séries policières, un peu façon série B, avec un soupçon de Da Vinci Code (Dan Brown), mais en guise de fil rouge les manigances Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ce n’est pas déplaisant, ça change un peu même. Le duo formé par Marc et Virginie est pas mal : complices et compétents, ils forment un duo de choc bien complémentaire. Quelques touches d’humour par-ci par-là accompagnent un récit dynamique où l’on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Si le démarrage est tout en douceur, très rapidement, le rythme va s’accélérer, obligeant nos deux avocats à réagir à toute vitesse s’ils ne veulent pas se faire doubler ou même éliminer, à l’instar d’autres personnages !

Sur la forme, je n’ai qu’un seul reproche : le découpage des chapitres. En fait il n’y a aucun chapitre, si ce n’est des séparations par de petites étoiles. Du coup, cela donne une impression de longueur plus importante et n’aide pas beaucoup à se repérer. Mais ça, c’est du détail et n’enlève absolument rien à la qualité du récit.

Ce premier dossier de L’Homme de l’ombre est une bonne découverte. Relativement court, il nous offre un moment de lecture prenant au suspense maîtrisé.


Extraits

« - […] Le corps a été retrouvé où ? Pas dans le hall, nous venons d’y passer !
- Dans sa loge, pourquoi ?
- Parce que personne ne peut entrer si personne n’ouvre la porte. Tu as vérifié si quelqu’un a reçu de la visite, dans l’immeuble ?
- Oui, bien sûr. Personne n’a ouvert à qui que ce soit. C’est donc lui qui aurait ouvert ?
- Il n’y a pas d’autre solution et je le connaissais : il était très méfiant, il n’aurait pas ouvert à quelqu’un de louche.
- Tu sais, si les voyous ressemblaient toujours à ce qu’ils sont, nos métiers seraient plus faciles. »

« Si l’évidence donne souvent du plaisir, aller à l’opposé des normes comble de bonheur. »


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire