MENU

mercredi 10 mai 2017

Les Divins Secrets des Petites Ya-ya


Auteur : Rebecca Wells
Titre VO : Divine Secrets of the Ya-ya Sisterhood
Traduction : Dominique Rinaud
Genre : romance

Éditions : Charleston
Publication : 14 octobre 2016
Pages : 544

Prix : 8,90€ (poche) – 5,99€ (ebook)

Résumé
« Une danseuse de claquette maltraite ses enfants… ». Quand Vivi Walker lit dans le Sunday New York Times le portrait que brosse d’elle sa fille Siddy, metteur en scène à succès, elle la renie sur-le-champ. Afin d’aider à renouer le dialogue entre la mère et sa fille, les amies intimes de Vivi finissent par la persuader d’envoyer à Siddy son album souvenir : « Les divins secrets des petites ya-ya ».
Siddy va alors plonger dans l’univers des ya-ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donné lors de leur fille jeunesse en Louisiane. Elle découvre un petit groupe à part, soudé par une amitié que rien n’a jamais pu affaiblir. À travers ces souvenirs fragmentés, Siddy découvre une image inattendue de l’exubérante Vivi, une femme meurtrie que seul le soutien indéfectible de ses amies a pu maintenir debout.


Avis de Marie
La couverture aux couleurs édulcorées laissait présager un roman frais et sympathique que venait cependant contrebalancer le quatrième de couverture, qui promettait quant à lui une histoire plus complexe. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai commencé cette lecture avant d’être très rapidement freinée au bout d’une centaine de pages.

Siddy est une jeune femme active à la carrière professionnelle réussie. Ayant tout misé sur son travail, elle peine cependant à s’épanouir dans sa vie privée. Non pas qu’elle n’ait pas trouvé l’amour – il semblerait que cette fois ce soit le bon – mais ses relations avec Vivi, sa mère, ne sont pas au beau fixe… En même temps, son interview parue dans un journal très connu ne risquait pas de plaire avec son portrait peu élogieux de Vivi. Comment quelqu’un, qui plus est une mère, peut-il apprécier ce genre de propos quand en plus ils viennent d’une personne aussi proche ? À quoi s’attendait donc Siddy ? Mais d’un autre côté, ces paroles ne contiennent-elles pas un fond de vérité ? Siddy ne s’y est certainement pas pris de la bonne façon mais pour autant, il lui fallait faire part de son ressenti, de ce qu’elle a vécu auprès de sa mère. L’histoire est bien plus complexe que les apparences ne veulent le laisser croire. Utiliser la presse en intermédiaire n’était cependant pas la meilleure des manières de communiquer avec sa propre mère. Les meilleures amies de Vivi, consciente du gouffre sans cesse plus béant qui sépare la mère et la fille, vont alors tout faire pour les réconcilier. Et pour cela, rien de mieux que d’envoyer à Siddy le fameux journal des petites ya-ya, témoin d’une folle jeunesse aujourd’hui passée. Peut-être que cela suffira à mener Vivi et Siddy sur le chemin de la réconciliation et qui sait, peut-être en verront-elles le bout ensemble ?

Dès le départ, je n’ai pas réussi à accrocher aux personnages pas plus qu’au récit. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir persisté mais voilà, Siddy, Vivi et ses copines m’ont laissé complètement indifférente. Tous les ingrédients étaient là pour faire une jolie histoire sur la complexité des liens mère-fille mais l’auteur nous tient à distance sans jamais nous faire ressentir l’intensité des liens attendue. Siddy est le personnage que j’ai le moins apprécié, tant elle m’a parue fade. Avec Vivi, c’est différent car le personnage est bien plus complexe et nuancé même si je n’ai pas réussi une seule seconde à m’attacher à elle. La vie n’a pas été simple pour cette femme fière et au fort caractère mais l’histoire apparaît bien trop morne et plate pour arriver à réellement captiver le lecteur. Aucun rebondissement, aucune surprise, tout est plus ou moins couru d’avance et si cela est parfois une bonne chose dans certains récits, ici, plus d’originalité aurait été souhaitable.

Au final, Les Divins Secrets des Petites Ya-ya est une belle déception. Bon, je n’avais pas voulu me laisser influencer par l’inscription sur la couverture faisant référence à Fannie Flag mais au final, le résultat a été le même que pour Miss Alabama et ses petits secrets, à savoir : un roman à côté duquel je suis totalement passée !

Extrait
« Chère Maman,
Pardonne-moi, je t’en prie. Je n’ai pas voulu te blesser. Mais il s’agit de ma vie. Il faut me laisser la liberté d’en parler.
Tu me manques. Ta voix, ton sens de l’humour un peu fou, ton amour me manquent. J’ai le cœur brisé à l’idée que tu ne veux plus entendre parler de moi. Je t’en supplie, essaie de comprendre que je ne peux pas dicter aux gens ce qu’ils doivent écrire. Sache que je t’aime. Je ne te demande pas de ne plus m’en vouloir, mais simplement de ne pas me fermer ton cœur. »

2 commentaires :

  1. Tu n'es pas le premier avis déçu que je lis sur ce roman donc je pense vraiment passer mon tour :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vu un petit peu d'autres avis et ils ne sont guère plus enthousiastes. Donc je pense que tu ne perdras pas grand chose en passant ton tour ^^'

      Supprimer