MENU

mardi 30 mai 2017

La ronde des saisons, Tome 3 - Un diable en hiver

Auteur : Lisa Kleypas
Genre : Romance Historique

Edition : J’ai Lu
Parution : Mars 2013
Pages : 376

Prix : 6,95 €

Résumé
Qui aurait cru qu'après ses amies Annabelle et Lillian, ce serait au tour de la timide et bégayante Evangeline Jenner de se trouver un mari ? Et quel mari ! Non content d'être un débauché notoire, un aristocrate plein de morgue, Sebastian, lord St. Vincent, vient de trahir son meilleur ami en tentant d'enlever sa riche fiancée... Et c'est pour échapper aux griffes de sa famille qu'Evangeline va signer un pacte avec ce diable d'homme : en échange de sa protection, Sebastian aura sa fortune, mais il n'aura ni son corps ni son cœur...

 Avis de Manon
S’il y avait bien un tome de La Ronde des Saisons que je voulais lire, c’était celui dédié à la timide Evangeline.
Il faut dire que celle-ci part avec un lourd handicap dans la chasse au mari : timide et bégayante, elle est également plus ou moins maltraitée par sa famille. Bref du lourd !!
Son cas semble désespéré mais c’est sans compter sur Lord Saint-Vincent. Ce dernier, isolé depuis les événements du second tome, est toujours fauché et fidèle à sa réputation de débauché sans cœur. Mais il est aussi le seul espoir pour Evangeline d’échapper à sa famille et de revoir son père. Ce dernier, gérant d’un club de jeux étant gravement malade.
Un mariage entre l’héritière et le débauché résoudrait donc leurs problèmes. Seulement ce qui devait être une banale transaction entre deux personnes que tout oppose va se révéler être bien plus que ça.

Même s’il me reste encore deux tomes de La ronde des saisons à lire, Un diable en hiver fait déjà partie de mes favoris avec Parfum d’automne. A voir si ce classement change après avoir lu Scandale au printemps et Retrouvailles

Evidemment, ce tome ne se démarque pas par son originalité. Le thème du débauché repenti qui tombe fou amoureux a été vu et revu un nombre incalculable de fois dans la romance historique. Mais qu’importe, le style de Lisa Kleypas est toujours aussi entrainant et allie avec intelligence romance, humour et émotions. Bref tout ce que j’aime !! Du coup j’ai dévoré le livre en une soirée et j’ai dû me faire violence pour ne pas commencer dans la foulée le tome 4. Bon c’est vrai que parfois les métaphores servant à décrire les personnages et leurs actions sont un peu (beaucoup) kitchs mais bon va dire que ça fait partie du charme du livre.

Dans ce tome, on assiste à un vrai changement chez Evangeline. L’intrigue se déroule dans un établissement de jeux. Cela apporte une touche d’originalité à l’histoire. Le Jenner est un établissement pas très fréquentable et où les dames n’ont pas leur place. Pourtant la jeune femme va se moquer des considérations et prouver à beaucoup qu’elle n’est pas seulement une pauvre petite chose timide. Finie la jeune fille timide et effacée des deux premiers tomes. Elle va enfin s’affirmer ! Maintenant qu’elle a réussi à échapper à sa famille, elle ne va plus se laisser entraver. C’est ce que j’ai préféré à propos de ce personnage : sa dualité. Elle est à la fois forte mais fragile. Et ça, Saint-Vincent, va rapidement s’en apercevoir. Lui aussi va beaucoup changer. De libertin sans scrupules et au langage cru, il va progressivement s’adoucir au contact de sa femme. J’ai trouvé qu’il formait un couple attachant et attendrissant. Ils vont apprendre à se connaître et s’apercevoir que les idées et préjugés qu’ils avaient l’un sur l’autre ne sont pas forcément fondés.
Ce tome introduit également l’un des personnages phares d’une autre série de Lisa Kleypas, Cam, que l’on retrouvera dans le premier tome des Hathaway : Les ailes de la nuit. Le jeune gitan va s’avérer être un soutien précieux pour Evangeline.

Comme dans les précédents tomes, le cocktail romance historique et humour fait mouche. Evangeline et Saint-Vincent forment un couple attachant et surprenant dont j’ai pris plaisir à suivre la romance et les aventures.

Extrait
« A la vue d'Evangeline, ses amies se précipitèrent vers elle avec des cris perçants, et Evangeline elle- même éclata d'un rire aigu comme elles s'étreignaient toutes trois en s'embrassant avec exubérance. Tout excitées, les trois jeunes femmes continuèrent à s'exclamer et à piailler, jusqu'à ce que quelqu'un jaillisse dans la pièce. C'était Cam, les yeux écarquillés, le souffle court comme s'il venait de courir comme un fou. Il parcourut la salle d'un regard alerte, et, lentement, tout son corps se détendit.
- Sapristi, marmonna-t-il. J'ai cru qu'il était arrivé quelque chose.
- Tout va bien, Cam, le rassura Evangeline avec un sourire, le bras d'Annabelle toujours posé autour de ses épaules. Mes amies sont là, c'est tout.
- Jetant un coup d'œil à Sébastian, Cam observa d'un ton aigre :
- J'ai entendu des porcs faire moins de bruit quand on les égorgeait. »


1 commentaire :