MENU

samedi 13 mai 2017

La première fois que j'ai été deux

Auteur : Archibald Ploom
Genre : romance

Editions : autoédition
Publication : 18 février 2017
Pages : 318

Prix : 7,76€


Résumé

Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l'amour n'est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l'année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe... Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. "La première fois que j'ai été deux" est un grand roman d'amour où les sentiments sont intimement liés au cours d'une Histoire qui vit l'Europe s'embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l'Allemagne d'un jeune soldat tombé en 1944 et l'Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu'un premier amour peut influencer une vie entière "La première fois que j'ai été deux" est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

Avis de Marie

Des romances, on en a toutes et tous lu. Au bout d'un moment, on a toujours plus ou moins l'impression que certaines histoires se répètent, sont bien trop similaires… Cela est d'autant plus vrai pour les romances adolescentes. Heureusement, il y a des pépites qui viennent nous y redonner goût et qui nous empêchent de nous lasser, nous laissant l'espoir que les prochaines romances lues seront tout aussi bien, voire encore mieux. C'est le cas avec La première fois que j'ai été deux, roman des premiers émois d'une jeune adolescente en passe de devenir une adulte. 

Proposé dans le cadre d'un service presse, je n'avais pas encore entendu parler de ce roman, ni lu encore de chronique dessus. Mis à part le résumé, je n'avais donc aucun apriori avant de me lancer dans sa lecture. Quelle découverte ! Cela faisait un petit moment que je n'avais pas autant accroché à une romance adolescente. En effet, si La première fois que j'ai été deux parlera certainement aux 16-18 ans, nul besoin de se situer dans cette tranche d'âge pour l'apprécier. En fait, il ne s'apprécie pas, il se dévore. Comment ne pas tomber sous le charme de Karen, cette jeune fille un peu rebelle dans l'âme qui ne se reconnaît dans aucun des jeunes de son âge ? Passionnée de musique, Beyonce et Nicki Minaj ne la font point vibrer. Passionnée de livres, elle trouve en Balzac et Tolstoï de bien meilleurs compagnons que ses camarades de lycée. Enfin, ça c'était jusqu'au jour où Tom a débarqué dans son lycée de banlieue paumé. Tom, avec son côté so british, à l'opposé de tout ce qu'elle a connu jusque-là. Tom, lui aussi passionné de musique, de vraie musique ! Avec de vraies références ! Les Who, parmi quelques autres. Alors, la demoiselle, pleine de convictions et de certitudes sur l'amour, va devenir une jeune fille en fleur tout ce qu'il y a de plus cliché ! Eh oui, même elle ne pourra résister au piège de l'amour. Consciente de la situation, ce n'est pas sans humour et ironie qu'elle nous fera partager ses premiers émois. Mais voilà, bien sûr, déjà que la vie c'est compliqué, il fallait en plus que Tom décide de ne pas rester en France. Déterminée à rester en France pour sa part, comment la jeune fille pourrait-elle envisager l'amour sur le long terme ? Déjà qu'elle n'est pas très confiante dans la durabilité des sentiments – il faut dire aussi que les adultes ne fournissent pas un très bon exemple en la matière – alors si en plus son jeune amoureux est décidé à repartir le plus vite possible dans son pays d'origine, cela va être encore plus compliqué. 

Archibald Ploom nous livre un roman prenant et à l'héroïne charismatique. Pour une fois j'ai été agréablement surprise d'avoir un personnage de romance qui cadre bien avec son âge. Souvent, il m'est arrivé d'avoir affaire à des personnages se comportant de manière totalement immature pour leur âge ou à l'inverse, bien trop mature, retirant le semblant de réalisme qu'il pouvait y avoir. Ici, ce n'est absolument pas le cas et même si Karen est malgré tout très mature, la situation reste cohérente. Idem pour Tom. Personnellement, j'ai adoré ces deux personnages, en particulier Karen, qui nous raconte son histoire et qui nous livre ses moindres pensées sans aucun filtre. La presque adulte qu'elle est a encore bien des choses à apprendre de la vie, alors même qu'elle pensait en savoir déjà long. Il faut dire qu'avoir en permanence le nez dans les livres aide pas mal ! Quels meilleurs profs que tous ces grands auteurs qui ont marqué l'histoire de la littérature ? Alors certes, Karen n'attend pas le prince charmant. Elle sait qu'il n'existe que dans les livres. Mais on ne peut pas l'obliger non plus à se contenter de ces petits fumeurs d'herbes et autres substances illicites en survêt et qui écoutent du rap. Autant finir vieille fille !! L'arrivée de Tom, c'est le prince sur son cheval blanc tant rêvé ! Sur les traces de leur passé, les deux adolescents vont construire leur relation et qui sait, peut-être établir des bases durables ?

Roman du premier amour, La première fois que j'ai été deux est une pépite qui saura ravir le coeur de tous les lecteurs. Comment ne pas tomber sous le charme de cette petite Française et de son Anglais ? Faudra me le dire car moi, je ne leur ai pas résisté !


Extrait

« Ceux qui comme moi passent quelques heures en boîte de nuit chaque semaine pourraient, s'ils prenaient le temps de rester en immersion sur la piste de danse, mesurer toute l'absurdité de nos existences. Toute cette agitation, ces tonnes de chair humaine animées par je ne sais quel besoin de prendre de l'exercice après une semaine qui vous laisse impitoyablement sur les rotules, cette exposition de corps qui s'élancent les uns vers les autres avec la même détermination de ne jamais se rencontrer, ces cœurs qui battent à tout rompre dans un vide sidéral. Oui, tout ça ressemble sérieusement à un scénario catastrophe... »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire