MENU

vendredi 3 février 2017

Jabberwocky, Tomes 6 et 7

Auteur : Masato Hisa
Genre : seinen

Éditions : Glénat
Publication Tome 6 : Janvier 2016
Pages : 192
Publication Tome 7 : Mars 2016
Pages : 224

Prix : 9,15€
Achat : Glénat – Tome 6Tome 7

Résumé Tome 6
Durant leur enquête sur une série de naufrages, Lily, Sabata et un troisième agent du Château d’If, la charmante Starbuck, découvrent un responsable surprenant : Moby Dick, le cachalot de la légende. Mais les légendes sont parfois trompeuses, car ce cachalot ressemble plutôt à une gigantesque créature marine tout droit sortie de la préhistoire.
Pris pour cible par le monstre, ils s’échouent sur une île où leur survie fera l’objet de tous les pronostics…
 
Résumé Tome 7
Lily et Sabata mènent l’enquête aux États-Unis, suite à la tentative de meurtre dont a été victime le Comte de Monte-Cristo à New-York. Une piste les oriente vers Monco, une ville qui vient de sortir de terre dans le sud du pays. Pour éviter d’attirer l’attention, le duo du “Château d’If” intègre le Wild West Show, la troupe de Buffalo Bill, qui doit justement donner une série de représentations à Monco…

Avis de Marie
Derniers tomes d’une série qui aura su agréablement me surprendre, Jabberwocky trouve ici une conclusion bienvenue mais guère surprenante.

Sabata et Lilly se lancent sur les traces d’Eddison dont les vols d’inventions pour « dominer » le monde se font au détriment de leurs créateurs et surtout, de leur vie. En effet, le savant fou ne recule devant rien et ne s’embarrasse d’aucun état d’âme.
En même temps, il faut également faire face au « serpent à plumes », cette organisation de dinosaures refusant toute cohabitation avec les hommes et bien déterminée à anéantir l’humanité.
Vous l’aurez compris, Lilly et Sabata ne sont pas au bout de leurs surprises et ne sont pas, mais alors pas du tout, prêts à se reposer. Bien entendu, c’est pour notre plus grand plaisir. L’intrigue est toujours aussi dynamique et ne souffre de quasiment aucun temps mort. Le mangaka sait alterner les passages et équilibrer à juste dose entre des planches aux bulles bien replies et des planches à l’impact visuel fort.

Le mangaka a su poser la fin de sa série et ce, pile au bon moment. Lilly et Sabata ne font palors pas l’objet d’une série inutilement à rallonge qui aurait fini par lasser le lecteur. De même, aucun sentiment de frustration n’est généré pour le lecteur, le synopsis de départ étant de suivre une enquête précise des deux héros, la série se concluant bien sur cette enquête.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire