MENU

mardi 7 février 2017

Dix Petits Nègres

Auteur : Agatha Christie
Traduction : Gérard de Chergé
Genre : Policier

Edition : Le Masque
Parution : Avril 2011
Pages : 282

Prix : 5,60 euros

Résumé
L’île du Nègre ! Elle est au cœur des histoires les plus folles… Selon certains elle viendrait d’être achetée par une star de Hollywood, l’Amirauté britannique y conduirait des expériences classées secret-défense… Aussi quand les dix invités d’un hôte mystérieux y sont conviés pour passer des vacances, tous s’y précipitent ! Le sinistre compte à rebours peut alors commencer…

Avis de Manon
J’avais déjà lu Dix Petits Nègres il y a une quinzaine d’années. C’est d’ailleurs ce livre qui m’a fait aimer les romans policiers et qui m’a fait découvrir sa célèbre auteur : l’anglaise Agatha Christie
La diffusion de l’excellente mini-série de Sarah Phelps sur TF1 en décembre a été l’occasion de replonger dans ce huis-clos angoissant et m’a surtout donné envie de relire le livre. 
Dix personnes venant d’horizons très différents vont être invitées à passer quelques jours sur la célèbre île du Nègre par un énigmatique couple d’hôtes. Au cours de leur première soirée, tous vont être accusés de meurtre par une mystérieuse voix. Commence alors un jeu macabre basé sur les paroles d’une vieille comptine. Les décès s’enchaînent et peu à peu la fin semble inéluctable car la comptine est claire : à la fin il n’en restera aucun. 

Publié pour la première fois en 1939, Dix Petits Nègres est devenu un classique du genre policier, pour ne pas dire un classique tout court. Roman policier le plus vendu au monde, son succès ne s’est jamais démenti. Pour preuve, ses différentes adaptations au théâtre, au cinéma ou encore à la télévision. 
Ce que j’adore dans ce livre c’est son ambiance. Tous les ingrédients sont réunis : une île coupée du monde, une tempête et l’élimination méthodique et implacable des dix « petits nègres ». Peu à peu le soupçon, la psychose et la peur s’installent parmi les personnages. Tout le monde suspecte tout le monde. Le tueur se cache-t-il sur l’île ? Est-il l’un des dix invités : le médecin, la prof de gym, la vieille fille, le domestique ou encore le baroudeur ?
L’histoire est vraiment addictive. On connait déjà la fin mais qu’importe ! On veut en apprendre plus sur les personnages, sur les crimes dont ils sont accusés et surtout sur l’instigateur de toute cette mise en scène de génie. Qui se cache derrière le sinistre « justicier » se donnant pour mission de punir des crimes passés inaperçus aux yeux de la société ? Le dernier chapitre est juste sublime (et génialement tordu) et nous permet de voir toute l’étendue du talent d’Agatha Christie. 

Le sort des dix invités ne fait aucun doute. Mais après tout, ne serait-ce pas que justice au vu des crimes dont ils sont accusés ? Certes. Mais au fur et à mesure de l’intrigue j’en suis venue à m’attacher à certains d’entre eux ou, au moins, à les prendre en pitié au fur et à mesure que l’auteur nous dévoilait des pans de leur passé ou les raisons se cachant derrière leur crime. Tous ont quelque chose à se reprocher et certains ont la conscience qui les travaille…

Le roman a été écrit à la fin des années 1930 et cela se ressent dans l’écriture de l’auteur et les tournures employées mais surtout dans la mentalité des personnages qui ne sont pas très ouverts d’esprit ou tolérants, Emily Brent en est un bon exemple. 
Si le mystère et l’angoisse sont très présents, Agatha Christie a aussi su distiller une petite dose d’humour so british que j’aime énormément. 

Si vous ne deviez lire qu’un seul livre d’Agatha Christie, je vous conseillerais Dix Petits Nègres sans hésiter ! Pour ma part, j’ai bien envie de me replonger dans ses autres romans comme Le crime de l’Orient-Express ou Mort sur le Nil pour ne citer qu’eux. Mais avant ça, je pense me procurer la pièce de théâtre des Dix Petits Nègres écrite par Agatha Christie herself avec une fin alternative. 



Extrait
« - J’y pense… John et Lucy Combes. Il doit s’agir des deux gosses que j’ai renversés près de Cambridge. Vous parlez d’une déveine !
- Pour eux ou pour vous ? Glissa le juge Wargrave d’un ton acide.
- Ma foi, je pensais… surtout pour moi… mais vous avez raison monsieur, ç’a été une sacrée déveine pour eux aussi. Remarquez, c’était un accident pur et simple. Ils sont sortis brusquement d’un cottage quelconque. Ca m’a valu un an de suspension de permis. Vous parlez d’une poisse. » 




1 commentaire :

  1. J'ai adoré ce roman, le premier de l'auteure et pas le dernier j'espère :D

    RépondreSupprimer