MENU

mardi 31 janvier 2017

Il était une fois, Tome 2 - La Belle et La Bête

Auteur : Eloisa James
Traduction : Edwige Hennebelle
Genre : Romance historique 

Edition : J’ai Lu
Parution : Février 2013
Pages : 373

Prix : 6,95 euros

Résumé
À cause d’une malencontreuse méprise, la ravissante Linnet Thrynne est déshonorée. Sa tante trouve alors une solution : Linnet épousera Piers Yelverton, futur duc dont personne ne veut. Et pour cause : victime d’un accident qui l’a laissé boiteux et impuissant, il terrorise son entourage de ses fureurs dévastatrices. Puisqu’il n’a aucun espoir d’engendrer un héritier, il acceptera de donner son nom à une femme qui, pense-t-il, porte la vie. Ce sera l’union de la belle et de la bête. Sauf que Linnet est aussi pure que la blanche colombe et que son irascible fiancé est loin d’être un monstre...

Avis de Manon
Je suis une grande fan du conte de La Belle et La Bête, initialement écrit par Madame de Villeneuve et publié pour la première fois en 1740 ainsi que du dessin-animé des studios Disney qui a bercé toute mon enfance. Inutile de vous dire que j’attends la sortie du film avec Emma Watson avec impatience ! Du coup, pour ronger mon frein, j’ai décidé de lire la réécriture d’Eloisa James


L’histoire reprend dans les grandes lignes la trame de l’histoire originale mais pas seulement. Tout part d’un banal malentendu qui conduit au déshonneur de la très belle Linnet Thrynne. On ne le dira jamais assez, il faut toujours vérifier que votre robe de bal ne vous donne pas le profil d’une femme enceinte de plusieurs mois !!! Il faut donc étouffer le scandale et marier la jeune femme au plus vite. Et c’est là qu’intervient Piers, un futur duc boîteux et accessoirement un médecin au caractère exécrable. C’est le mari idéal pour Linnet supposée enceinte car le duc, lui, est supposé ne pas pouvoir engendrer d’enfant. Mais voilà, la belle n’est pas la dévergondée pour laquelle on essaie de la faire passer et Piers gagne à être connu… 

Je n’ai pas lu le premier tome de la série Il était une fois. Je ne peux donc pas dire si les deux histoires sont liées d’une quelconque manière et si des personnages du premier tome apparaissent dans le second. Pour autant je n’ai pas ressentie de gêne particulière à ce niveau-là.

Si le conte de La Belle et La Bête est la première source d’inspiration du roman, l’auteur se réclame aussi du Dr House notamment s’agissant du caractère exécrable de Piers et de ses répliques dont les autres personnages font très souvent les frais (surtout son père et son cousin). J’ai bien aimé ce côté sarcastique qui donne un vrai plus au roman même si la Bête a tendance à s’adoucir au contact de ma Belle (il faut dire que celle-ci a du répondant). Linnet et Piers forment d’ailleurs un couple attachant.

Le livre se lit rapidement, pour ma part en une soirée, tant je me suis laissée prendre par l’intrigue. Son originalité est d’allier romance historique « classique » et réadaptation de conte. L’ensemble est plutôt convainquant et l’écriture d’Eloisa James est agréable à lire. La fin est bien évidemment prévisible mais certains événements m’ont surpris et permettent de capter l’attention du lecteur jusqu’au bout.

Cette réécriture d’Eloisa James de La Belle et La Bête est une bonne surprise. Personnages attachants, romance et humour m’ont fait passer un très bon moment et m’ont donné envie de découvrir les autres tomes de la série Il était une fois

Extraits
« - Une mode qui donne à une jeune fille l'allure d'une future mère ne devrait pas exister, grommela le vicomte. Le cas échéant, je refuse de m'y soumettre. C'est-à-dire que je refuserais de m'y soumettre si j'étais du genre à porter des robes. C'est-à-dire, si j'étais une femme.

- Vous devenez de plus en plus bizarre au fil des ans, Cornélius, fit remarquer Zenobia. Je ne comprendrai jamais pourquoi ma sœur a accepté de vous épouser. »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire