MENU

mercredi 21 décembre 2016

La Tente Rouge


Auteur : Anita Diamant
Titre VO : The Red Tent
Traduction : Lisa Rosenbaum
Genre : romance, drame

Éditions : Charleston
Publication : Janvier 2016
Pages : 412 pages

Prix : 8,90€

Résumé
1 500 av. J.-C., aux confins du désert.
Dina, la seule fille de Jacob, un puissant patriarche, vit dans l'ombre de la tente rouge, cet endroit interdit aux hommes où les femmes de la tribu échangent secrets et rites ancestraux. Ainsi goûte-t-elle, très jeune, aux fruits défendus : une liberté et une indépendance inimaginables au temps de la Bible.
Devenue femme à son tour, Dina succombe aux délices de l'amour et se donne à Shalem, l'homme qu'elle aime, bravant ainsi les interdits de son clan. Cela, les fils de Jacob ne peuvent l'admettre. Par une nuit d'épouvante, le destin de Dina bascule.
Pour survivre, elle est contrainte de se réfugier en Égypte, et d'enfouir dans sa mémoire les secrets de sa jeunesse. Parviendra-t-elle un jour à vivre pleinement ?

Avis de Marie
Voici un roman qui a su me surprendre agréablement. Guère convaincue au départ par la couverture, le résumé m’intriguait assez pour que je me laisse tenter. Si les premières pages m’ont demandé quelques efforts pour continuer, au bout d’une cinquantaine de pages, j’ai été surprise de voir à quel point j’étais désormais happée par l’histoire de Dina, la fille de Jacob, et de toutes ses « mères ». S’inspirant du récit biblique, Anita Diamant parvient avec beaucoup de talent à rendre hommage aux femmes.
Pourquoi le titre de ce roman ne renvoie-t-il pas davantage à Dina contrairement à ce que semble nous promettre son résumé ? Pourquoi lui donner le nom de « La Tente Rouge » ? Parce que cela serait extrêmement réducteur que de le résumer à « l’histoire » de Dina. La Tente Rouge, c’est bien plus que l’histoire d’une seule femme. C’est l’histoire des femmes, de traditions ancestrales et des liens qui unissent une mère et sa fille.

Dina, fille de Jacob, personnage biblique bien connu, nous raconte son enfance au sein de sa tribu. À travers ses yeux, nous allons voir le quotidien des femmes de Jacob, sa mère et ses tantes. À travers son récit, c’est toute leur histoire que nous allons découvrir mais aussi et surtout, tout leur enseignement et l’importance pour elles de transmettre à leur seule et unique fille tout leur savoir. Une mère biologique, des mères de cœur.  La Tente Rouge est le lieu des mystères de la vie où seules les femmes peuvent accéder. Dina, unique fille de Jacob, y sera admise bien avant de devenir femme et y suivra les enseignements de ses mères, jusqu’au jour où, à son tour, elle les quittera pour se marier. Mais malheureusement, son choix causera la ruine de sa famille. Se donnant corps et âme à Shalem, un prince non circoncis, elle suscitera la colère et la jalousie de ses frères qui vengeront son honneur dans le sang. Condamnés à porter la honte de cet acte infâme, les frères de Dina connaîtront tous de terribles sorts. Dans un monde de haine et de violence, quelle place ont les femmes ?

La Tente Rouge est un roman empreint d’émotions fortes qu’Anita Diamant sait faire partager à ses lecteurs. Puissant et enchanteur, c’est avec plaisir que nous découvrons les rites ancestraux de ces femmes au courage et à la force de vivre exceptionnels. C’est avec beaucoup de justesse et de finesse que l’auteur parvient à rendre compte d’un quotidien difficile dans un monde hostile où l’amour et la douceur trouvent pourtant malgré tout leur place. Seulement Anita Diamant ne laisse aucune place aux hommes dans ce récit. Ils ne sont là que pour illustrer la force de caractère de ces femmes. Elles seules ont ici droit à la parole. Le lien unissant une mère et sa fille est le fil rouge, si je-puis dire, du roman. La transmission des traditions ancestrales, de l’histoire des ancêtres, des savoirs, passe de mère en fille. Briser la chaîne, c’est briser le passé et perdre le lien qui unissait présent et passé. Comment Dina, privée des siens, parviendra-t-elle à maintenir ce lien ?

Anita Diamant nous donne l’occasion de partager avec La Tente Rouge quelques instants de poésie et de douceur féminine dans un monde marqué par la brutalité des hommes. Il s’agit là d’un roman surprenant mais puissant de part les émotions qu’il suscite.

Extrait
« Nous avons perdu contact depuis si longtemps ! Mon nom ne vous dit rien. Mon souvenir est poussière.
Ce n’est pas votre faute, ni la mienne. La chaîne reliant mères et filles s’étant rompue, la transmission de la saga familiale incomba alors aux seuls hommes. Comme ils ignoraient tout de moi, je suis devenue une note en bas de page. Ma vie n’est qu’une parenthèse entre l’histoire bien connue de Jacob, mon père, et la célèbre chronique de Joseph, mon frère. Les rares fois où l’on se souvient de moi, c’est en tant que victime. Presque au début de votre saint livre, on trouve un passage qui semble indiquer que j’ai été violée. La suite est le récit sanglant de la façon dont on a vengé mon honneur. »

Note
3,5/5
Une belle découverte !

1 commentaire :

  1. Je ne connaissais pas du tout, tu me donnes envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer