MENU

mardi 15 novembre 2016

Gossip Girl, Tome 1 - Ça fait tellement de bien de dire du mal

Auteur : Cecily Von Ziegesar
Genres : Jeunesse, Drame

Edition : Fleuve Noir
Parution : Mai 2004
Pages : 253

Prix : 5,99 euros (Ebook)

Quatrième de couverture
Bienvenue dans un monde de jalousie, d'envie et de trahison où se nouent et se dénouent les amours et les amitiés - le tout sous l’œil de lynx et la langue de p... de la mystérieuse Gossip Girl qui voit tout, entend tout et relate tout sur Internet. 
Plat de résistance : le retour du pensionnat de la sublime Serena après un an d'absence ; elle est la fille que tous les garçons désirent et que toutes les filles désirent être. Le petit monde d'Olivia, son ex-meilleure amie, et de ses inséparables copines risque fort d'être chamboulé. Olivia n'aura plus la vedette, elle ne sera plus la plus belle, la plus convoitée. 
Un vent de folie va souffler sur le monde de scandale et de commérages de ces pauvres petites filles riches !


Avis de Manon
Après avoir refermé le livre, le seul mot qui me vient à l’esprit c’est « bof ». Je suis franchement mitigée sur cette lecture. Il faut dire que les aventures d’Olivia, Serena et compagnie ne m’ont pas emballé plus que ça. 
Avec ce premier tome, adapté en série TV de 2007 à 2012 par la chaîne américaine The CW et créé par Josh Schwartz et Stephanie Savage, Cecily Von Zieresar nous entraîne dans l’univers doré de la jeunesse branchée de l’Upper East Side, en plein cœur de Manhattan. Le livre débute par le retour de la belle et très populaire Serena, partie pendant une année dans un pensionnat en Europe. Quelles sont les raisons de ce retour ? Et surtout comment Olivia, son ancienne meilleure amie, parviendra-t-elle à garder sa place de reine de l’Upper East Side malgré ce retour ?
Le tout sous l’œil vigilant de la mystérieuse Gossip Girl qui prend un malin plaisir à révéler sur internet les potins et rumeurs circulant sur ses petits camarades. 

Je me suis lancée dans cette lecture par curiosité et on m’avait prévenu qu’il y avait pas mal de différences entre le livre et la série. C’est effectivement le cas mais je n’ai pas trouvé ça très dérangeant car beaucoup d’éléments restent similaires. J’ai même eu l’impression que ce premier tome correspondait en fait au premier épisode de la série.  

Mon premier reproche concerne l’histoire que je trouve un peu faible. Il faut dire qu’à part les médisances et autres petits coups bas manigancés par Olivia et parfois Chuck Bass, il ne se passe pas grand chose. Mais paradoxalement, le livre est assez rythmé. En effet, ce qui donne son rythme à l’intrigue ce sont justement les commérages et autres vacheries que se font les personnages entre eux ainsi que les interventions de l’énigmatique Gossip Girl tous les deux ou trois chapitres. Cette dernière prend un malin plaisir à suivre les faits et gestes des jeunes de l’Upper East Side et à lancer les rumeurs les plus folles sur leur compte. 

Mon deuxième reproche concerne les personnages : je les trouve trop surfaits, trop dans la caricature pour être réellement appréciés. Soit ils sont médisants et imbus d’eux-mêmes à l’extrême, comme Olivia et Chuck, soit leur naïveté frise la stupidité comme pour Jenny. Heureusement, Serena et Dan remontent un peu le niveau et paraissent moins superficiels que les autres.

Mais heureusement, je n’ai pas que des critiques à l’encontre de ce livre. J’ai bien aimé le ton souvent mordant et ironique de l’auteur, particulièrement concernant le personnage de Gossip Girl, et qui permet de mettre en avant tous les petits défauts, névroses et autres mesquineries de ses personnages. 

Si je devais résumer ce premier tome en quelques mots, je dirais qu’il s’agit d’une lecture qui fait passer le temps mais sans plus. Je ne suis pas arrivée à suffisamment m’intéresser aux personnages ou à l’intrigue, ayant trouvé les deux trop superficiels. Pourtant, je pense que c’est un livre que j’aurais pu apprécier plus jeune, au collège ou au lycée.

Extrait
« Elle avait une boîte de Tic Tac orange dans sa poche ; il n’en restait qu’un seul. Serena le prit, le dépose sur sa langue mais elle s’inquiétait tellement de son avenir qu’elle l’apprécia à peine. »

Note
2,5/5

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire