MENU

jeudi 27 octobre 2016

Enfernité, Tome 3 – Evertrue

Auteur : Brodi Ashton
Genre : fantastique, romance

Éditions : Balzer + Bray
Publication : 21 janvier 2014
Pages : 369 pages

Prix : 6,39€ (ebook)

Résumé
Now that Nikki has rescued Jack, all she wants is to be with him and graduate high school. But after being tricked by Cole, she's begun the process of turning into an Everliving herself . . . which means she must feed on a Forfeit soon—or die. Nikki and Jack begin a desperate attempt to reverse the process, using everything they can think of. Even Cole, who they expected to fight them at every turn, has become an unlikely ally—but for how long? Nikki needs to feed on Cole to survive, Cole needs Nikki to gain the throne in the Everneath, Jack needs Nikki because she is everything to him—and, together, they must travel back to the underworld to undo Nikki's fate and make her mortal once more.

Will Nikki be forced to spend eternity in the underworld—or does she have what it takes to bring down the Everneath once and for all ?


Avis de Marie
Attention, si vous n’avez pas terminé le deuxième tome, stoppez ici votre lecture de la chronique, sous peine d’être méchamment spoilé !!

Quoi ? Vous vous dîtes que quelque chose cloche à la lecture du résumé ? Non, non, vous avez bien vu, celui-ci n’est pas en français. Bah quoi ? Vous n’avez pas envie d’un petit test d’anglais ? Non ?? Je suis déçue !
Bon, je vais être honnête. Si le résumé est en anglais, c’est parce qu’il n’existe pas de traduction de ce troisième tome à l’heure actuelle. Oui, oui, vous m’avez bien lue (entendu – si vous lisez cette chronique à haute voix).

Ayant beaucoup aimé les deux premiers tomes de la trilogie, j’avais hâte de pouvoir me plonger dans la suite. Quelle n’a pas été ma surprise de constater que le troisième tome n’était pas sorti en version française et qu’aucune traduction n’était prévue pour le moment ! Ni une, ni deux, loin de me décourager pour si peu et ne pouvant rester dans l’ignorance quant au sort de mes personnages favoris, me voilà en train de me procurer le troisième tome en version originale et de me lancer dans cette dernière aventure de Nikki. Non sans une certaine appréhension. En effet, même s’il m’arrive de lire certains ouvrages en version originale quand j’en ai la possibilité (anglais ou italien), j’ai toujours peur de ne pas pouvoir apprécier le style de l’auteur ou me plonger complètement de l’histoire en raison du niveau de difficulté du roman.
Pour Evertrue, comme il s’agit d’un roman jeunesse, je m’y suis retrouvée assez facilement. Au final, j’ai même pu apprécier la qualité de la traduction française, tant celle-ci est bien restée fidèle à la plume de l’auteur.

Nikki pensait en avoir fini avec l’Enfernité. Mais c’était sans compter sur la traîtrise de Cole, qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Nikki doit devenir reine de l’Enfernité et pour cela, elle doit devenir elle-même une Enfernaute. Or, Cole sait très bien qu’elle n’acceptera jamais. Alors il l’a transformée, de la manière la plus vicieuse qui soit, sans même qu’elle s’en rende compte… Et voilà notre héroïne qui espérait mener une vie paisible auprès des gens qu’elle aime, obligée de se lancer à la poursuite de son cœur. Mais à quoi bon se contenter de récupérer son cœur ? Cela n’empêchera pas le prochain Festin et des centaines de vies d’être prises. Il y aura toujours des gens prêts à suivre un Enfernaute et à se laisser mourir pour le nourrir. Cependant, Nikki ne peut plus accepter cela. Le désespoir, la peine, la tristesse, toutes ces émotions qui font un être humain ne peuvent continuer à être utilisé pour s’emparer de leur vie.
Nikki met alors au point un plan fou, complètement fou : détruire l’Enfernité ! Pour cela, il lui faut obtenir l’aide de Cole. Or, il est introuvable ! Et la Reine est sur ses traces !!

Si j’ai vraiment beaucoup apprécié les deux tomes précédents, je ne peux malheureusement pas en dire autant pour ce dernier tome. En cause : non pas la lecture dans une langue autre que celle de Molières mais le rythme de l’histoire. Trois temps peuvent se distinguer dans la lecture. Autant la première partie était aussi bien que les précédentes, autant progressivement, le rythme s’est considérablement essoufflé. Et surtout, je n’ai pas reconnu mes personnages favoris. Nikki est toujours fidèle à elle-même : consciente de ses faiblesses, elle reste malgré tout déterminée à parvenir à son but (mais ce n’est pas mon elle mon personnage favori). J’ai eu plus de difficultés du côté des garçons, Jack et Cole, dont la personnalité a radicalement changé pour le dernier (et c’est lui mon personnage favori). Au point que je ne l’ai même plus reconnu ! Certes, c’est voulu par les circonstances de l’histoire. Mais bon… J’espérais que l’auteur retournerait la situation mais non, ce n’était pas une feinte. Arriver à la réponse à cette interrogation est la seule chose qui m’a motivée pour terminer le livre (ça, et puis le fait que je n’abandonne jamais une lecture commencée). La deuxième partie a été pour moi la plus longue et la plus traînante. Pourtant, il s’en passait des choses et les actions n’étaient pas ce qu’il manquait. Mais l’absence de certains personnages, qui apparaissaient comme secondaires, révèle pourtant leur contribution à la dynamique du récit. Heureusement, le rythme repart sur les dernières cinquante pages et nous parvenons enfin au dénouement. Et là…

Vous voulez qu’on en parle ? Non, mais vous voulez vraiment qu’on en parle ? Parce que sur le coup, une fois la dernière page tournée, j’avoue être restée plusieurs secondes à fixer une page blanche en me disant : « Non, ce n’est pas possible… Brodi Ashton ne peut pas nous faire ça ! Faire ça à ses personnages ! Après tout ce qu’ils ont traversé, tout ça pour ça ??? » Et là vous vous dîtes que ça y est, vous m’avez perdue – vous n’en êtes pas loin ! Au début, j’ai été extrêmement déçue de cette fin (et carrément frustrée). Mais avec le recul, finalement, elle n’est pas si mal. L’auteur a complètement fermé son récit. Cette fin n’appelle aucune suite, ce qui n’est pas plus mal. En effet, même si certains personnages auraient mérité d’être davantage exploités, Brodi Ashton a fait le tour de l’Enfernité. Nikki a vécu assez d’aventures. Il n’y a plus rien à dire. Il s’agit donc d’une bonne conclusion même si la lassitude qui s’est installée pendant la seconde partie m’a empêchée de pleinement ressentir toutes les émotions qu’elle tentait de faire passer aux lecteurs.

La trilogie d’Enfernité est une très bonne trilogie. Exploitant de manière originale le mythe de Perséphone, Brodi Ashton a su développer un univers riche, porté par une plume légère et efficace. Si tous les tomes ne se valent pas, le troisième étant, à mon goût, le moins bon de tous, ils restent cohérents entre eux et ne se lisent pas, mais se dévorent. Dommage que le troisième tome n’ait pas été traduit car cela bloque très certainement nombre de personnes pour finir la lecture de la trilogie. À quand la traduction d’Evertrue ?

Note

3/5

1 commentaire :