MENU

dimanche 10 juillet 2016

Moriarty

Auteur : Kim Newman
Titre original : Professor Moriarty: The Hound of the d'Urbervilles
Traduction : Leslie Damant-Jeandel
Genre : action, roman

Édition : Bragelonne
Parution : Novembre 2015
Pages : 453 pages

Prix : 28€
Achat : Fnac - Moriarty

Quatrième de couverture

Imaginez les jumeaux maléfiques de Sherlock Holmes et du docteur Watson, et vous obtiendrez le redoutable duo formé par le professeur James Moriarty, serpent rusé d’une intelligence remarquable aussi cruel qu’imprévisible, et le colonel Moran, violent, libertin et politiquement incorrect. Ensemble, ils règnent sur Londres en maîtres du crime, tenant dans leur poing police et hors-la-loi.Quelle que soit leur mission, du meurtre au cambriolage de haut vol, Moriarty et Moran accueillent un flot de visiteurs malfaisants : membres du Si-Fan assoiffés de sang, Vampires de Paris, et même une certaine Irène Adler... Imaginez les jumeaux maléfiques de Sherlock Holmes et du docteur Watson, et vous obtiendrez le redoutable duo formé par le professeur James Moriarty, serpent rusé d’une intelligence remarquable, aussi cruel qu’imprévisible, et le colonel Moran, violent et libertin. Ensemble, ils règnent sur Londres en maîtres du crime, défiant police et hors-la-loi. Quelle que soit leur mission, du meurtre au cambriolage de haut vol, Moriarty et Moran accueillent un flot de visiteurs malfaisants, dont une certaine Irène Adler…


Avis de Manon
En achetant ce livre, je plaçais la barre assez haut. J'ai beaucoup apprécié Anno Dracula et Le Baron Rouge Sang du même auteur. J'espérais donc être conquise par ce nouveau roman, Moriarty.

L'idée est originale : raconter les exploits de Moriarty, professeur, génie du crime et accessoirement ennemi juré du brillant Sherlock Holmes. Mais attention, on ne s'y prend pas n'importe comment pour raconter les péripéties d'un homme comme Moriarty. Si c'est le Docteur Watson qui relate les aventures du célèbre détective dans les livres de Sir Arthur Conan Doyle, ici, ce sera le Colonel Moriarty, qui est, en quelque sorte, le pendant maléfique de ce bon vieux docteur. Nous voilà donc entraînés de l'autre côté du miroir, là où l'on ne cherche pas à résoudre les crimes les plus ingénieux mais à les commettre.

Moriarty n'est pas un roman à proprement parler mais plus un enchaînement de nouvelles. Chacune met en scène une affaire différente mais bien souvent certains éléments ou protagonistes se retrouvent tout au long du livre.

Comme dans sa trilogie Anno Dracula, Kim Newman met en place un univers d'une richesse exceptionnelle. Certes, on y retrouve les personnages de Sir Arthur Conan, qu'ils soient issus ou non du monde de Sherlock Holmes Doyle (je pense notamment à John Roxton), mais pas que...  L'auteur réussit à intégrer dans son livre de nombreux clins d'œil à des personnages, réels ou fictifs, de la culture populaire. De plus, il ne se prive pas de faire quelques clins d'œil à Anno Dracula.

Autre clin d'œil : le titre du livre, qui emprunte son nom à l'une des aventures de nos deux méchants, est une référence directe à Tess d'Urberville de Thomas Hardy et au roman Le chien des Baskerville, sûrement l'une des plus célèbres aventures de Sherlock Holmes.
D'ailleurs les titres des différentes nouvelles renvoient aux aventures du détective comme Une étude en rouge, Un scandale en Bohême ou encore Le dernier problème.

Par contre, si je retrouve dans ce livre les caractéristiques qui m'avaient tant plues dans les précédents livres de Kim Newman, j'en retrouve aussi les défauts. En effet, si sa plume reste affûtée et soignée, certains passages, notamment quelques descriptions, sont un peu confus et m'ont parfois perdus.
Autre bémol : le prix élevé du livre, 28 euros. Je trouve ce montant exagéré. Certes la couverture est plutôt sympa avec son petit effet steampunck et les tranches sont argentées mais quand même ! À la limite, j'aurais pu comprendre si la couverture était rigide mais ce n'est même pas le cas.

Concernant l'intrigue, s'il est intéressant de suivre le raisonnement de Sherlock Holmes lorsqu'il enquête, il est tout aussi intéressant de voir la manière dont le professeur Moriarty s'échine, avec beaucoup de patience et un certain esprit tordu, à fomenter les crimes ou les vengeances les plus spectaculaires.
Ce cher professeur est loin d'être un enfant de cœur, ses méfaits et ceux de son bras droit Moran le prouvent. Ce dernier a d'ailleurs le sens de la formule, que ce soit pour parler de leur dernière machination, de ses plus belles réalisations criminelles, de ses conquêtes féminines ou tout simplement de son enfance. Le tout avec un humour très caustique et pince sans rire.

Moriarty frôle donc le coup de cœur. J'espère que les aventures du diabolique professeur et de Moran ne s'arrêteront pas là. Surtout au vu de la quantité de romans et nouvelles mettant en scène Sherlock Holmes et dont Kim Newman pourrait s'inspirer.

Note
4,5/5

1 commentaire :