MENU

mardi 12 avril 2016

L'Écume des Jours

Auteur : Boris Vian
Genres : Science-fiction, Fantastique

Édition : Le Livre de Poche
Publication : Juin 2014
Pages : 350 

Prix : 6,90 euros

Résumé
Un titre léger et lumineux qui annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante, tendre ou grave, fascinante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, féerique et déchirant. Dans cette œuvre d’une modernité insolente, livre culte depuis plus de cinquante ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, la mort prend la forme d’un nénuphar, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir.
Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l’amour absolu et la musique des Noirs américains…

Avis de Marie
Voilà un livre dont j’avais entendu parler depuis longtemps mais dont il m’a fallu encore plus de temps avant de me laisser convaincre de le lire. J’ai entendu et lu beaucoup d’avis positifs sur ce roman, très peu négatifs. Pourtant, bien qu’ayant aimé, je ne peux pas dire que j’ai adoré l’histoire au point de ne plus pouvoir en décrocher.

Colin, un jeune homme à la situation aisée, enchaîne les soirées avec son ami Chick. Mais celui-ci fait un jour la rencontre d’Alise et en tombe fou amoureux. Colin, jaloux de la relation de son ami, espère lui aussi pouvoir trouver son âme sœur. C’est au cours d’une énième soirée, en compagnie d’Alise et Chick qu’il rencontre Chloé. Là, plus aucun doute, il vient de rencontrer la femme de sa vie. C’est le début pour les quatre amis de virées multiples et d’un bonheur partagé. Mais si Colin est riche, il n’en va pas de même pour Chick. Alors,  pour aider son ami à épouser la femme qu’il aime, il lui offre la moitié de sa fortune. C’est le début des problèmes pour nos deux couples. Chick s’avère incapable de gérer correctement son argent, bien trop accro à Jean-Sol Partre, un écrivain célèbre. Parviendra-t-il à épouser Alise ? De son côté, Colin, qui voit sa fortune s’amenuiser de jour en jour, va voir son bonheur remis en cause par une terrible nouvelle : Chloé, dont il est éperdument amoureux, a un nénuphar sur le poumon droit. Si la croissance de la plante n’est pas arrêtée, elle risque de mourir… Comment la sauver ?

Du point de vue de l’histoire, j’ai trouvé celle-ci prenante mais j’ai eu plus de mal avec les personnages, que je n’ai pas trouvé attachants. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre l’attachement que les personnages avaient entre eux. Colin ne m’a pas toujours paru fou amoureux de Chloé. Au point qu’au début, j’ai cru qu’il se mettait en couple avec elle par dépit et par jalousie envers son ami. Pourtant, cela ne me paraissait pas coller avec le personnage. C’est pourquoi j’ai vraiment pris le temps de relire le tout et de bien me concentrer sur, cette fois, les personnages et leur ressenti. La deuxième lecture m’a permis vraiment de mieux tous les apprécier même si je trouve que Boris Vian maintient toujours une distance entre ses personnages et le lecteur.
Toutefois, j’ai trouvé que l’histoire était malgré tout prenante et j’avais très envie de découvrir la fin. Si tout commence de la meilleure des façons, très rapidement, les évènements vont se compliquer pour Colin, Chloé, Chick et Alise. La situation dégénère et je voulais voir jusqu’où l’auteur allait oser les plonger. En leur faisant vivre une véritable descente aux enfers, il donne une touche dramatique à ce conte qui démarrait pourtant dans l’optimisme le plus pur.

Du côté du style, je me suis régalée. Ce n’est pas pour rien que Boris Vian est un auteur reconnu et que ses romans ont toujours autant de succès après tant d’années ! L’auteur se livre à des exercices de styles complexes tout au long du récit et c’est un bonheur que de lire un tel roman. Les références littéraires et musicales viennent rythmer une histoire futuriste et romantique pour laquelle on ne peut que se laisser emporter. L’amour, le travail mais aussi la musique et la maladie sont autant de thèmes abordés avec talent dans un récit sous forme d'un conte empli de poésie. 

Au final, L’Écume des Jours est un très beau roman qui saura ravir n’importe quel lecteur. Nul doute que certains se laisseront conquérir aisément par cette histoire d’amour sans pitié. Cette œuvre, de grande qualité, est aussi une mine de références culturelles et de techniques littéraires qui montrent là tout le talent de Boris Vian.

Note

4,5/5

2 commentaires :

  1. J'avais beaucoup aimé ce roman qui était une lecture scolaire :) alors heureuse qu'il t'ai plu :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vraiment aimé, c'est un très bon roman que je prendrai plaisir à lire de nouveau ^^

      Supprimer