MENU

dimanche 10 janvier 2016

Love in the Hell, Tomes 2 et 3

Auteur : Reiji Suzumaru
Genre : seinen

Éditions : Glénat
Publication : juillet 2015
Pages : 160 pages

Prix : 6,90€

Résumé
Rintaro Senkawa, le damné accidentel (de son point de vue, du moins) poursuit ses tribulations en Enfer, condamné à expier ses péchés par des souffrances atroces. Il y découvre de nouveaux aspects de la société infernale (surtout les moins reluisants) dans autant de mésaventures qui l’amèneront à faire face à ses responsabilités. Un peu. Peut-être. Enfin, c’est un début. Le chemin de la rédemption est encore long…

Avis de Marie
Parfois, persister peut avoir du bon et c’est le cas avec Love in the Hell, cette série que je ne pensais pas continuer. Pourtant sans aller jusqu’à dire que j’aurais manqué un manga essentiel à ma collection, je ne regrette finalement pas d’avoir continué. Les deux tomes suivants de la série auront en effet réussi à me laisser un sentiment beaucoup plus positif que le premier !

Nous retrouvons donc Rintaro dans sa quête de rédemption. Mais le jeune homme n’est pas particulièrement doué et, disons-le, pas très déterminé à souffrir pour enfin monter au Paradis. Le chemin s’annonce donc long et difficile pour lui… Pourtant, sa vie en Enfer n’est pas non plus des plus désagréables si on omet le côté torture, d’autant plus que la présence de Koyori rend le quotidien nettement plus supportable. Mais Rintaro devra bien finir pourtant par racheter ses pêchés pour ne pas sombrer encore plus loin dans les Enfers.
Le ton, cette fois, est plus dramatique, surtout dans le troisième. Si l’auteur continue dans l’humour potache, je l’ai toutefois trouvé un peu moins lourd. D’autant plus qu’il a su me surprendre en réussissant à changer très rapidement et efficacement d’ambiance. En effet, si la plupart des passages sont empreints de légèreté, l’ambiance au détour de certains chapitres change radicalement. Ce n’est pas plus mal car c’est grâce à ces derniers passages que j’ai trouvé certains personnages plus travaillés et approfondis. Rintaro apparaît un peu moins comme un obsédé et semble prendre conscience de mieux en mieux de sa situation. En trois tomes, on ne peut guère dire qu’il y a beaucoup d’évolution pour les personnages même si pour lui, on observe une prise de conscience dans le dernier tome qui va venir expliquer sa présence en Enfer ainsi que sa relation avec une mystérieuse jeune fille. Je regrette toutefois que le personnage de Koyori n’ait pas été davantage exploité car si un personnage avait vraiment de bonnes perspectives d’évolution c’était celui-là. Jeune démone ayant son premier damné à punir, Koyori se fait donc la main sur Rintaro. Pourtant, bien qu’elle figure en couverture des trois tomes, elle n’est que très peu présente et son rôle apparaît bien limité.

Cette série est donc une trilogie qui se lit vraiment vite, chaque tome étant relativement court, même pour des mangas. Le deuxième tome ne m’a pas beaucoup marquée, si ce n’est qu’il était nettement mieux que le premier grâce à un meilleur dosage des gags, tout en gardant de nombreuses touches d’humour tout le long. Le troisième tome est en revanche complètement différent : beaucoup plus sombre, il est aussi celui des révélations et c’est d’ailleurs celui que j’ai préféré.

Pour conclure, Love in the Hell n’est pas une série qui m’aura beaucoup marquée. Néanmoins, si elle s’annonçait mal avec le premier tome, trop lourd, la suite aura réussi à me laisser un meilleur souvenir.


Note
3/5

1 commentaire :

  1. Je lis très peu de mangas et celui-ci ne me tente pas trop j'avoue :/

    RépondreSupprimer