MENU

mardi 5 janvier 2016

Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du Vent

Auteur : Patrick Rothfuss
Titre VO : The Kingkiller Chronicle : Day One - The Name of the Wind
Traduction : Colette Carrière
Genre : heroic fantasy

Éditions : Bragelonne
Publication : 13 novembre 2009
Pages : 800 pages

Prix : 25€

Résumé
Un homme prêt à mourir raconte sa propre vie, celle du plus grand magicien de tous les temps. Son enfance dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d'audace, dans une prestigieuse école de magie où l'attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets... Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin. Découvrez la vérité qui a créé la légende.

Avis de Marie
Grande adepte d’heroic fantasy, je lis énormément de titres parus chez les éditions Bragelonne qui proposent un catalogue particulièrement riche. Lorsque ce titre est paru, je me suis jetée dessus, ne serait-ce que pour la couverture que j’aime beaucoup. Je me disais que compte tenu de son épaisseur, ma lecture allait durer un bon moment. Que nenni ! Une fois plongée dedans, j’ai eu beaucoup de mal à en sortir. Pourtant, ce n’était pas gagné avec les premières pages…
En effet, le livre est assez long à démarrer mais heureusement la plume de Patrick Rothfuss est juste sublime. Et si j’ai trouvé l’histoire assez lente, dans un premier temps j’ai continué ma lecture ne serait-ce que pour le plaisir de voir ces enchaînements de mots et de phrases parfaitement maîtrisés. Puis, progressivement, je me suis laissée entraînée par l’histoire qui a pris du rythme au fur et à mesure que j’avançais.

L’histoire commence par l’arrivée d’un scribe désireux de découvrir l’histoire de Kvothe, ce magicien de légende dont les aventures ont beaucoup fait parler de lui. Il fait alors la rencontre de Kote, un simple aubergiste. Quelle n’est pas surprise lorsqu’il découvre que se cache en réalité derrière ce propriétaire le personnage de légende en personne ! Ne pouvant laisser passer sa chance, le Chroniqueur, ce scribe connu pour sa démystification des légendes, va alors tout mettre en œuvre pour que Kote lui raconte sa version de l’histoire. Nous plongeons alors dans le récit de la vie de cet homme qui a su construire sa légende. Car oui, le point essentiel pour cerner le personnage est de savoir qu’il a lui-même bâti son propre mythe. Ainsi, présent et passé vont se mélanger habilement tout au long du livre pour nous permettre de mieux comprendre les raisons qui ont poussé le puissant magicien à se retirer et à se cacher sous l’identité d’un simple aubergiste. À de nombreuses reprises, Kote coupera son histoire afin d’apporter un regard nouveau sur des évènements survenus il y a longtemps.
En dépit de nombreuses longueurs, Le Nom du Vent nous offre un monde extrêmement riche et bien construit, au point qu’en 800 pages, je n’ai toujours pas l’impression d’en avoir fait le tour, seulement de l’avoir effleuré. Si je n’ai donc pas immédiatement adhéré à l’histoire, j’ai très rapidement changé d’avis, d’autant plus que le début m’a beaucoup fait penser à une trilogie que j’avais énormément apprécié : La Trilogie du Magicien Noir de Trudy Canavan, notamment avec le système de l’université.
Qui dit monde vaste et riche dit aussi nombreux personnages. Et ils sont nombreux à avoir croisé la route de Kvothe ! Celui qui a retenu le plus mon attention est bien évidemment son assistant Bast, dont la présence ne peut qu’intriguer. Il vaut mieux se méfier de ce jeune homme qui sous des dehors affables et une apparence agréables pourrait se révéler bien plus dangereux qu’il n’y paraît. C’est ce que va découvrir à ses dépens le Chroniqueur. Quel est le lien unissant Bast à son maître ? Question à laquelle le Chroniqueur va chercher une réponse mais ce ne sera pas la seule. Si ce premier tome permet de répondre à nombre d’entre elles, une fois refermé, il y en a encore plus restées sans réponse. Le seul moyen pour y voir plus clair est de se plonger dans le deuxième tome, La Peur du Sage, qui s’annonce encore mieux !

Encore une fois, les éditions Bragelonne nous prouve avec ce roman la richesse et la qualité de leur catalogue. Le Nom du Vent de Patrick Rothfuss est un roman remarquable tant pour son histoire que pour son écriture. 800 pages, c’est beaucoup ! Pourtant, on se surprend à en redemander 800 autres tant il est difficile d’abandonner ne serait-ce que quelques instants Kvothe, cet homme qui a su créer sa propre légende !

Extrait
« Regardez plutôt derrière lui, vers ce cercle de lumière dispensé par le feu, et laissez pour le moment Kvothe seul face à lui-même. Chacun a le droit de rester seul quand il le désire. Et si, par hasard, quelques larmes ont été versées, pardonnons-lui. Après tout, il n’était encore qu’un enfant, et il lui restait encore à apprendre ce qu’était réellement le chagrin. »


Note
Coup de cœur !
Un roman merveilleux et enchanteur

4 commentaires :

  1. J'ai énormément envie de le lire même si l'héroïc fantasy n'est pas un de mes genres habituels :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai que ce roman est à la limite entre l'heroic fantasy et la fantasy. Même si on y retrouve pas mal de codes propres à l'heroic fantasy, ils ne sont pas si nombreux et comme il s'agit surtout du récit de la vie d'un personnage, je pense que même pour les personnes qui ne sont pas des adeptes, il pourrait être une très bonne lecture.

      Si jamais tu te laisses tenter, je suis curieuse de voir ton avis !

      Supprimer
  2. il faut vraiment que je découvre cet auteur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Sa plume est magique ! En quelques pages, il arrive à nous entraîner très loin dans son univers et c'est génial !

      Supprimer