MENU

jeudi 24 décembre 2015

Red Queen, Tome 1

Auteur : Victoria Aveyard
Traduction : Alice Delarbre
Genre : Dystopie

Edition : Le Masque
Parution : Mars 2015
Pages :  432 pages

Prix : 18 euros
Achat : Fnac - Red Queen

Quatrième de couverture
« Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l'égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d'esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d'Archéon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maitriser un don qui la dépasse, et à reconnaitre ses ennemis, pour faire valoir l'indépendance de son peuple. »

Avis de Manon
Red Queen est une dystopie tout ce qu’il y a de plus classique, ce qui ne l’empêche pas d’être efficace et de tenir le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. 
La société est divisée en deux sur la base de la couleur du sang : d’un côté les Argents qui concentrent des pouvoirs incroyables et règnent sur le Royaume de Norta et de l’autre les Rouges, de simples subalternes vivant dans des conditions difficiles et envoyés sur le front pour satisfaire toutes les exigences des Argents et la guerre qu’ils mènent contre les pays voisins. Alors que Mare, 17 ans, semble destiner à partir elle aussi au front comme ses frères avant elle, un incident incroyable se produit et lui permet de révéler des pouvoirs insoupçonnés. Propulsée au milieu de la royauté et de l’aristocratie Argent, la jeune fille va se retrouver mêler à une Révolution et aux intrigues de cour. Ajoutez à cela deux princes séduisants et la vie de Mare va prendre un tournant inattendu mais dangereux, le moindre faux-pas pouvant rapidement devenir le dernier… 

J’ai trouvé l’histoire un peu longue à démarrer. L’auteur prend le temps de poser les bases de son histoire et de nous expliquer les conditions de vie des Rouges et de la famille de Mare plus particulièrement. Toutefois j’étais impatiente de voir l’intrigue réellement commencer pour savoir en quoi elle se démarquait de toutes les dystopies que l’on retrouve sur les étagères de nos librairies. 
L’histoire n’est pas sans rappeler La Sélection notamment dans la manière dont les princes Argents choisissent leur futures princesses. 
On retrouve donc de nombreuses similitudes avec d’autres dystopies comme Hunger Games. Mais bon, vu la manière dont le genre est sur-exploité depuis quelques années, cela n’est pas vraiment étonnant. Là où Red Queen se démarque des autres livres, c’est au niveau des pouvoirs que possèdent les Argents et Mare. C’est grâce à leurs pouvoirs que les Argents ont pu assoir leur puissance sur les Rouges qui sont restés de « simples humains » et sont quasiment devenus des esclaves. Enfin ça, c’était jusqu’à ce que Mare change la donne et bouleverse l’ordre établi
L’adolescente représente une menace dont les Argents ne savent pas vraiment quoi faire. Si je l’ai trouvé extrêmement crédule à de nombreuses reprises, l’auteur ne cherche pas à nous présenter une héroïne bien sous tous rapports. Mare veut survivre et aider les Rouges. Pour cela, elle sera prête à beaucoup de sacrifices et à de nombreuses extrémités. Victoria Aveyard ne cherche pas à nous faire aimer à tout prix la jeune fille mais à dépendre un personnage bien plus complexe qu’elle ne le laisse supposer au premier abord. Les personnages secondaires, quant à eux, sont nombreux mais seule une poignée se détache du lot et apportent vraiment quelque chose à l’histoire. Je pense notamment à Cal et Maven, les deux princes Argents dont les rôles vont finalement aller bien au-delà de celui du triangle amoureux surtout à la fin du livre. 

Le style de l’auteur est simple et efficace. Ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler de la grande littérature et les figures de style ne sont pas très recherchées mais passées les premières pages, le rythme est soutenu et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. Les scènes d’action sont très bien décrites même si j’aurais aimé que plus de temps soit accordé aux événements historiques ayant conduit au règne des Argents. 

Si le premier tome de Red Queen n’est pas un coup de coeur, il reste néanmoins une lecture agréable et une dystopie efficace qui laisse présager une suite tout aussi sympathique. 

Extrait
« Je considérais les Argents comme des dieux intouchables que rien ne pouvait menacer ni effrayer. Je sais à présent que l’inverse est vrai. Ils ont vécu si longtemps au sommet, protégés et isolés, qu’ils ont oublié que la chute était possible. Leur force est devenue leur faiblesse. »

Note
3,5/5


4 commentaires :

  1. Cette saga m'attire vraiment beaucoup ;) Je dois dire que ton avis ne fait que confirmer mon envie de la découvrir :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il ne faut pas hésiter ! C'est vraiment une lecture sympa :)

      Supprimer
  2. J'ai lu cette dystopie il y a déjà un petit moment, et même si je ne l'ai pas aimé, bizarrement elle m'a marquée (contrairement à d'autres romans, je me souviens des persos et de l'histoire....et même de certains passages précis). Au final je lirais surement la suite ;)
    Magali

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi, parfois les livres que je n'aime pas me marquent plus que ceux que j'ai apprécié. J'espère que la suite te plaira davantage :)

      Supprimer