MENU

jeudi 5 novembre 2015

Une parfaite chambre de malade


Auteur : Yoko Ogawa
Genre : Nouvelle

Éditions : Actes Sud
Collection : Babel
Publication : 31 août 2005
Pages : 152 pages

Prix : 6,60 euros

Résumé
Une jeune femme vient de confier sa grand-mère à une institution médicalisée. Aujourd'hui devenue totalement dépendante, silencieuse et immobile, la vieille dame semble peu à peu s'effacer de toute réalité. Dans la mémoire et l'inconscient de sa petite fille, la solitude est immense...
Une jeune fille vient d'apprendre que son frère est malade, qu'il doit passer les derniers mois de sa vie à l’hôpital. Jour après jour elle lui rendra visite. De jour en jour leur intimité, la qualité de leur relation va s'intensifier pour devenir le centre de leur existence. Dans la quiétude de la chambre blanche, le temps passe au rythme des saisons...
Dans ces nouvelles écrites en 1989, Yôko Ogawa n'évoque pas simplement la douleur de la mort ou la violence de la maladie, elle explore déjà ce sas très particulier, ce passage de la vie à l'absence qui génère un accomplissement des sentiments parfois incomparable avant de venir s'inscrire dans la mémoire.

Avis de Marie
Ayant décidé depuis cet été de m’intéresser davantage à la littérature asiatique et plus particulièrement japonaise, j’ai commencé avec quelques petites œuvres. J’ai donc découvert le style et l’écriture de Yoko Ogawa avec ses deux petites nouvelles écrites en 1989. Que dire si ce n’est que j’ai été quelque peu déroutée ?
Cet ouvrage comporte deux nouvelles. La première est Une parfaite chambre de malade qui nous fait suivre le quotidien d’une jeune femme dont le frère est très malade. Devant passer les derniers mois de sa vie à l’hôpital, le jeune homme va voir sa sœur réorganiser complètement sa vie afin d’être auprès de lui chaque instant. Dans la seconde, La désagrégation du papillon, nous suivons à nouveau le quotidien d’une jeune femme dont la grand-mère est malade.

Il s’agit ici de se laisser dériver au gré des pensées des protagonistes. L’auteur aborde des thèmes sensibles : la maladie, la vieillesse, la mort mais aussi la vie et l’amour. Comment faire face au quotidien à la maladie d’un proche ? Comment continuer à vivre quand les êtres aimés sont partis pour toujours ou s’apprêtent à partir ? Chacun des personnages de ces nouvelles va être confronté à ces situations, l’une avec un frère encore jeune, qui n’aura guère le temps de profiter davantage de la vie et l’autre, avec une grand-mère qui s’éloigne jour après jour de la réalité. La souffrance de ces malades et surtout celle de leurs proches qui les soutiennent dans leurs derniers instants sont abordées par l’auteur. Il leur faut alors faire face à un quotidien de plus en plus difficile émotionnellement.
Dans Une parfaite chambre de malade, la narratrice est une phobique de la saleté. La chambre de son frère à l’hôpital va devenir pour elle un refuge : cet chambre d’un blanc immaculé et où tout est stérile va rapidement constituer un véritable havre de paix. C’est dans une atmosphère paisible qu’elle va apprendre à connaître davantage ce jeune frère condamné à la quitter bientôt. Il est impossible de lutter contre le temps et ses jours sont comptés pour clarifier ce qu’elle éprouve pour lui.  Ses souvenirs constituent un rempart contre le monde extérieur qui lui semble hostile.
Dans ces récits, tout se déroule en suivant le point de vue de chacun des personnages principaux. L’histoire évolue ainsi en fonction des pensées de chacune de ces deux femmes, ce qui confère à l’ouvrage une ambiance particulière, difficilement descriptible, à la fois légère et pesante. De même, le récit est aussi impersonnel qu’intimiste en raison du point de vue adopté. Bien que nous livrant leurs pensées les plus intimes, les deux narratrices apparaissent très distantes. Pourtant, elles sont très impliquées émotionnellement auprès de leurs proches malades. Cette mise à distance constitue en quelque sorte une barrière de protection contre le monde extérieur mais également contre la douleur de voir ces êtres chers souffrir avant de partir. Yoko Ogawa semble maîtriser l’art du paradoxe et aime à laisser ses lecteurs suivre les déambulations émotionnelles de ses personnages grâce à une écriture aussi sobre que poétique. Les phrases sont toujours très courtes, allant directement à l’essentiel. À première vue simple, le style de l’auteur est en réalité beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Sous cette plume habile et derrière ces phrases courtes se cache en réalité beaucoup de poésie et une profonde réflexion sur la vie.  

Une parfaite chambre de malade et La Désagrégation du papillon sont deux nouvelles atypiques qui nous sortent du temps pendant quelques instants pour mieux nous y replonger l’esprit plein de questions. Malgré la gravité des sujets abordés, l’auteur parvient à conférer au récit une certaine légèreté grâce à une plume efficace et poétique.

Extraits
« Les mots étaient sortis facilement d’eux-mêmes, alors que je n’avais pas du tout envie de penser à l’éventualité de sa mort. Ils ont ouvert une brèche en mon cœur où le vent qui arrivait derrière s’est engouffré. »

« J’ai peur d’être obligée de reconnaître son anormalité. C’est ma propre normalité qui est ainsi remise en cause. »

Note

3/5
Un récit assez déroutant

2 commentaires :

  1. J'aime beaucoup cette auteur, mais je n'ai pas lu ce roman. Merci pour ton retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ^^
      Je la découvre avec ces deux nouvelles mais je suis curieuse de lire d'autres romans d'elle même si je ne sais pas trop par lequel commencer.

      Supprimer