MENU

vendredi 13 novembre 2015

Il est de retour

Auteur : Timur Vermes
Titre VO Er ist wieder da
Traduction : Pierre Deshusses
Genre : Roman, Fiction

Éditions : 10/18
Publication : 7 mai 2014 / 1 octobre 2015 (poche)
Pages : 405 pages

Prix : 8,10 €
Achat : Amazon – Il est de Retour


Résumé
En 2011, soixante-six ans après sa disparition, Adolf Hitler se réveille sur un terrain vague au beau milieu de Berlin. Il est confronté aux nouvelles réalités de la société allemande, et bien sur au fait que le 3ème Reich est bel et bien enterré. Comment va réagir Hitler catapulté dans l'Allemagne contemporaine ? Et surtout comment vont régir les allemands face à cet homme qui s'habille comme Hitler, parle comme Hitler et connaît toute la vie du Führer comme s'il l'avait lui-même vécue ? Les réponses ne sont peut-être pas si évidentes...

Avis de Clément
Avant toute chose, je pense qu'il est nécessaire de bien poser le contexte et d'expliquer mon choix de chroniquer ce roman qui peut paraître, a priori, polémique. Rassurez-vous, il n'en est rien. En effet après avoir refermé ce livre, j'avais la certitude qu'il ne s'agissait pas d'un livre sur Hitler, et encore moins d'un livre sur le nazisme. Le thème principal du roman est plutôt une réflexion sur la puissance des médias dans la société actuelle et l'arme qu'ils peuvent constituer entre les mains d'un personnage charismatique. Car l'autre certitude que l'on acquiert est qu'Adolf Hitler, en dépit de ce qu'il a commandité, était définitivement un individu charismatique. Le tour de force réalisé par le roman est que, malgré le choix de son personnage principal, il ne se montre jamais ambigu.

L'auteur, Timur Vermes, dont c'est le premier roman, est un journaliste allemand ayant étudié l'Histoire et la Sociologie. Ses connaissances pointues sur l'ascension du Führer, sur l'organisation du parti Nazi et sur le déroulement de la seconde guerre mondiale lui permettent d'appuyer de façon cohérente le postulat délirant selon lequel Hitler revient d'entre les morts pour ressusciter le Reich allemand. Ainsi, même s'il s'agit d'une pure fiction, le cadre posé est cohérent et rend les événements racontés vraisemblables. Un second tour de force réalisé par l'auteur.

Au niveau de sa structure, le roman prend Hitler dès son réveil, et suit toutes les étapes de son intégration dans la société allemande. Contre toute attente, le roman commence sur une note plutôt comique, multipliant les quiproquos et les dialogues savoureux. Une rencontre intervenant à la fin du premier quart du roman va toutefois changer la donne et déclencher l’enchaînement des événements qui va mener au cœur de l'histoire. Par souci de ne pas spoiler, je n'en dirai pas plus. ;)

Tous les personnages qui entrent en contact avec Hitler le perçoivent comme un comédien qui fait extrêmement bien son travail. Ce ressort narratif apparaît extrêmement intéressant, en ce qu'il amène les personnages à juger Hitler non sur ce qu'il a fait, mais uniquement sur son talent d'orateur et sa personnalité, ce qui sert le propos du roman. Les personnages secondaires sont pour leur part tous intéressants, chacun réagissant à sa manière à l'influence d'Hitler en fonction de son histoire et de son caractère.

Le style, quant à lui, est assez fluide et, ce n'est pas étonnant, plutôt journalistique. Ici point de figures de style ou de métaphores. On est dans la description de l'action et des pensées du Führer. Le cœur de l’œuvre est dans son scenario. La fin, ouverte, laisse le lecteur en suspens avec une certaine inquiétude : celle que l'Histoire ne finisse par se répéter.

En fin de compte, Il est de Retour justifie à mon avis son statut de best-seller en Allemagne et en Europe. Le livre est percutant, faussement polémique (juste assez pour attirer l'attention), et retient notre attention, à travers une trame scénaristique bien menée, mâtinée d'un humour qui fait mouche quasiment à chaque fois. Quelques petites longueurs m'ont empêché d'en sortir complètement conquis. Le premier roman de Timur Vermes n'en reste pas moins une expérience très intéressante, qui renverse nos repères moraux et pousse à la réflexion.

Extraits
« - Je crois que vous n'avez pas besoin de vous préparer davantage. Vous êtes déjà parfait comme ça.
- Merci, dis-je, d'un air absent.
- Non, vraiment. J'ai vu le film La Chute avec Bruno Ganz. Deux fois. Il est aussi très bon dans son rôle mais il ne vous arrive pas à la cheville. Cette façon de vous tenir... on jurerait que c'est lui."
Je le regardai : "Lui, qui ?
- Eh bien, lui ! Le Führer !"»


« Dans les yeux du garçon, qu'il était difficile d'appeler encore un garçon, je vis une lueur s'allumer.
"Eh ! C'est top ! C'est le type qui fait toujours des trucs nazis..."
Enfin ! Au moins ça ! C'était certes formulé de manière approximative, mais, au fond, ce n'était pas faux. »

Note
4/5









2 commentaires :

  1. J'ai beaucoup aimé ce roman, et je trouve ta chronique sur celui ci superbe :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'espère que d'autres s'y intéresseront, il vaut vraiment le coup =)

      Clément

      Supprimer