MENU

vendredi 7 août 2015

Un Assassinat de Qualité

Auteur : Ann Granger
Titre Original : A Better Quality of Murder
Traduction : Delphine Rivet
Genres : Policier, Historique

Edition : 10-18
Collection : Grands Détectives
Parution : Mai 2015
Pages : 356

Prix :  7,50 euros

Résumé
Londres, 1867, le mal rode dans les rues... Un soir d'octobre, alors que l'inspecteur Ben Ross de Scotland Yard rentre chez lui un samedi soir, le fog tourbillonne et l'enveloppe comme une bête vivante. Lorsque le brouillard se lève lendemain matin, une femme git assassine dans Green Park. Allegra Benedict était la belle épouse italienne d'un marchand d'art de Piccadilly. Mais qu'avait-elle été faire a Londres cet après-midi, et pourquoi avait-elle ete vendre sa broche dans Burlington Arcade quelques heures avant sa mort ? Alors que Ben commence son enquête, son épouse Lizzie - avec l'aide de leur bonne Bessie - se penche sur la vie privée d'Allegra et découvre plus d'une raison pour laquelle quelqu'un pourrait vouloir sa mort...

Avis de Manon
Si j’avais été plus qu’emballée par les deux premières enquêtes de Lizzie Martin et Ben Ross, ce troisième tome m’a laissé sur ma faim
Après une journée de brouillard, le corps sans vie d’Allegra Benedict est retrouvé dans un parc cossu de Londres. Si le meurtre ne fait aucun doute, l’inspecteur Ross va vite s’apercevoir que la bonne société à laquelle appartenait la victime entend bien sauvegarder les apparences et se protéger des interrogations que l’enquête pourrait soulever. Cette enquête va d’ailleurs se révéler bien plus complexe que prévu entre un prédicateur trop parfait pour être honnête, une société de tempérance trop zélée et un mystérieux spectre qui vient terroriser les prostituées aux abords de la Tamise…

La construction de l’intrigue est la même que dans les précédents tomes. Les chapitres alternent successivement entre les points de vue de Ben et de Lizzie qui mettront en commun leurs déductions et leurs découvertes pour résoudre l’enquête. 
Le début de ma lecture était un peu confus et déroutant. Comme l’annonce le quatrième de couverture, Ben et Lizzie se sont mariés mais le livre ne contient aucune allusion à ce mariage ni aux événements qui se sont déroulés entre les deux tomes. D’ailleurs on ne sait pas trop à quel intervalle les deux affaires se situent. Malgré tout, l’intrigue imaginée par Ann Granger, notamment dans la seconde partie du roman, est riche en rebondissements et en coups de théâtre. Si certains éléments sont prévisibles dès les premières pages, d’autres sont beaucoup plus inattendus et retiennent l’attention du lecteur. 

Contrairement aux tomes précédents, les chapitres racontés par Ben sont nombreux. Mais cela ne veut pas dire que Lizzie est en retrait. Au contraire, j’ai parfois l’impression que sans l’aide de sa femme, le brave inspecteur Ross ne résoudrait pas beaucoup d’enquêtes ! D’ailleurs à plusieurs reprises, je me suis demandée s’ils étaient vraiment mariés. Pas un geste d’affection ou une discussion qui n’ait trait à l’enquête entre eux ! C’est dommage car cela aurait apporté plus de profondeurs à ces deux personnages et aurait permis de démarquer ce tome des précédents. 
Au final, j’ai trouvé les personnages secondaires beaucoup plus complexes et fascinants que l’inspecteur et sa femme. L’auteur nous dresse le portrait d’une société anglaise hypocrite et pleine de préjugés qui crie au scandale pour tout et n’importe quoi mais qui ne veut surtout pas être dérangée par une enquête de police qui risquerait de bouleverser ses petites habitudes et de dévoiler ses secrets les moins reluisants. Ce qui serait bien dommage quand, soi-même, on ne rate pas une occasion de critiquer le comportement et le mode de vie des classes les plus pauvres ! 

L’écriture d’Ann Granger est toujours aussi fluide. Le ton est soutenu sans être pédant ou incompréhensible. Du coup, on rentre plus facilement dans cette histoire qui se déroule au XIXe siècle. L’auteur décrit avec beaucoup de justesse les préoccupations de la population de l’époque ainsi que les avancées scientifiques et techniques. 

Bref, pour moi ce troisième tome n’est pas à la hauteur des précédents. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne constitue pas une bonne lecture. L’auteur, une fois encore, réussit à construire une intrigue qui tient le lecteur en haleine du début à la fin grâce à des personnages secondaires complexes et fascinants et cela, malgré le manque de charisme de ses protagonistes principaux. 

Extrait
« Les femmes sont des créatures subtiles, monsieur. De l’arsenic dans le sucrier, voilà leur style. »

Note
3,5/5

5 commentaires :

  1. Dommage tout de même qu'il ne soit pas aussi bon que les premiers tomes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage assez ton avis... Surtout sur le fait que c'est dommage de ne rien savoir du mariage de Ben et Lizzie. En tout cas, vivement la sortie du tome 4, en espérant retrouver le même entrain que pour le tout premier tome =)

      Supprimer
  2. J'hésite beaucoup à le lire car je n'avais été que moyennement convaincue par les 2 précédents. C'est divertissant, mais reste trop léger pour moi. Et une des choses qui me gène notamment, et celle que tu as relevé ici : on a l'impression que c'est Lizzie qui fait tout le boulot !

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL, c'est dommage, tu ne me donne spas forcément envie de le découvrir, moi qui ai adoré les deux tomes précédents :/

    RépondreSupprimer
  4. Le premier m'attend encore dans ma pàl, il va vraiment falloir que je l'en sorte !

    RépondreSupprimer