MENU

dimanche 9 août 2015

Salomé

Auteur : Oscar Wilde
Genre : classique, théâtre

Editions : CreateSpace Independent Publishing Platform
Publication : 28 décembre 2014
Pages : 38 pages

Prix : 5,26€

Résumé
A la fin du XIXe siècle, le mythe de Salomé suscite chez les artistes une fascination à nulle autre pareille : la princesse de Judée, qui incarne la femme "naturelle, c'est-à-dire abominable" selon le mot de Baudelaire, devient une figure majeure de l'imaginaire décadent, inspirant indifféremment peintres, poètes et romanciers.
De cette danseuse fatale, Wilde donna dans Salomé (1893) l'une des interprétations les plus marquantes de l'histoire de la littérature. La tension croissante de ce drame en un acte traduit la montée du désir monstrueux de Salomé, la fille d'Hérodias, pour le prophète Iokanaan.

Avis de Marie
J'ai découvert Oscar Wilde au collège avec Le Fantôme de Canterville. Depuis, je n'ai cessé d'aimer cet auteur pour ses œuvres remarquables dont même les plus courtes marquent longuement l'esprit. Salomé est une pièce de théâtre qui se déroule en un seul acte et qui met en scène l'épisode biblique de Salomé.
Fille de la reine Hérodias, Salomé demande à son beau-père le roi Hérode que lui soit apportée la tête du prophète Iokanaan. 
Cette pièce de théâtre qui se veut courte est d'une intensité incroyable. Une fois plongée dedans, impossible d'en sortir jusqu'à l'issue fatale ! Avec Salomé, Oscar Wilde nous livre une tragédie biblique violente. Incarnation de la femme fatale, Salomé mènera à leur perte tous les hommes qui oseront la côtoyer. Dès le début, le lecteur sait comment l'histoire va se finir. Cela n'empêche pas d'être happé complètement par le récit dont l'intensité va crescendo jusqu'au dénouement final. 
Salomé est la femme fatale. Tout en elle n'est que passion destructrice. Sensuelle, séductrice mais aussi manipulatrice et avide de sang, Salomé est l'incarnation même du péché. Rien ni personne ne pourra l'arrêter. Elle qui ne tolère aucun obstacle à ses désirs ne supportera pas le refus du prophète. En refusant de l'aimer, celui-ci vient de se condamner à mort. Malgré les mises en garde des soldats et de son beau-père, Salomé ne souhaite qu'une chose : obtenir la tête d'Iokanaan en punition. Ignorant les mauvais présages qui ne cessent de se manifester, la princesse ne changera point d'avis. Piégeant son beau-père qui lui promet tout ce qu'elle désire à la condition qu'elle exécute la danse des sept voiles pour lui, Salomé obtient ainsi la tête de celui qui l'obsède tant... Passionnée, c'est cette même passion pour la violence et le sang qui la mènera à sa perte. 
Les personnages sont particulièrement travaillé. Iokanaan est l'un de ceux qui m'a le plus marquée. Si Salomé apparaît comme une femme fatale maîtresse de sa vie mais esclave de ses passions, le prophète est quant à lui un homme rongé par la folie. Isolé pendant longtemps du monde en ayant été enfermé, celui-ci voue une haine farouche à la reine Hérodias, connue pour sa cruauté. En refusant les avances de Salomé, l'homme se condamne irrémédiablement. 
Le couple royal est tout aussi étonnant. Hérode est un roi lubrique qui ne peut s'empêcher de lorgner sur sa propre belle-fille, allant jusqu'à lui promettre la moitié de son royaume ne serait-ce que pour la voir danser un court instant. Hérodias, quant à elle, est particulièrement cruelle et assoiffée de sang et ne désire qu'une seule chose : la mort du prophète. Tous les personnages de cette pièce apparaissent ainsi comme viles et corrompus, esclaves de leurs passions. Aucun d'entre eux n'est attachant pourtant, je n'ai pu, à un moment donné, m'empêcher d'espérer qu'il y ait un espoir de rédemption pour Salomé. Pourtant, le lecteur la sait condamnée dès les premières pages... 

Oscar Wilde est un génie de la littérature et nous l'a prouvé encore une fois ici avec cette pièce écrite en français à l'origine et qui a fait beaucoup de bruit à l'époque. Il signe avec Salomé une pièce d'une grande intensité qui a laissé son empreinte dans l'histoire du théâtre. Un classique incontournable !

Extrait
"La lune a l'air très étrange ce soir. N'est-ce pas que la lune a l'air très étrange  ? On dirait une femme hystérique qui va cherchant des amants partout. Elle est nue aussi. Elle est toute nue. Les nuages cherchent à la vêtir, mais elle ne veut pas. Elle chancelle à travers les nuages comme une femme ivre... Je suis sûr qu'elle cherche des amants.... N'est-ce pas qu'elle chancelle comme une femme ivre ? Elle ressemble à une femme hystérique, n'est-ce pas ?"

Note
4/5

3 commentaires :

  1. Je ne connaissais cette pièce que de nom tellement je suis focalisée sur le magistral Portrait de Dorian Gray en ce qui concerne Oscar Wilde, mais tu m'as totalement donné envie de la lire! (genre, tout de suite, au lieu de me préparer pour aller bosser...) Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire Le Portrait de Dorian Gray mais je compte bien le faire avant la fin de l'année !
      En tout cas, merci c'est très flatteur <3 Cette pièce se lit très vite, tu ne le regretteras pas.
      Bon dimanche et bonne journée de travail - en espérant que tu n'arrives pas en retard à cause de moi ;)

      Supprimer
  2. Honte à moi, je m'étais arrêtée apres le portrait de Dorian Gray, sans penser que Wilde devait avoir encore plus d'un chef d'oeuvre dans son sac! Grâce à toi je vais sûrement rectifier le tir :)!

    RépondreSupprimer