MENU

mercredi 10 juin 2015

Altaïr, Tome 3

Auteur : Kotono Kato
Titre VO : Altair
Traduction : Fédoua Lamodière
Genre : shonen

Editions : Glénat
Publication : Janvier 2015
Pages : 192 pages

Prix : 7,60€
Achat : Glénat - Altaïr, Tome 3

Résumé
Dans le but de redevenir un pacha digne de ce nom, Mahmud s’est embarqué pour Phœnicia, la plaque tournante de la mer Centro. Mais il ne s’attendait pas à tomber en plein dans une guerre contre l’empire !! Or si Phœnicia tombe, la Türkiye se retrouvera dans une position délicate…

Avis de Marie
Il arrive parfois que des séries démarrent sur les chapeaux de roue et s'essoufflent rapidement. D'autres, font une entrée en matière plus discrète pour prendre leur envol tranquillement mais sûrement. C'est le cas d'Altaïr !
L'exploration du monde par Mahmud va le conduire à Phœnicia, port stratégique de la mer Centro. Alors qu'il vient tout juste d'arriver, le jeune homme se retrouve plongé en plein dans la première guerre de Phœnicia contre l'Empire. Si jamais la ville venait à tomber, l'Empire bénéficierait d'un lieu stratégique pour étendre sa domination, ce qui mettrait la Türkiye dans une bien fâcheuse position. Mahmud parvientdra-t-il à tourner la situation à son avantage ?
Avec ce troisième tome, la série semble enfin décoller. Chaque tome est mieux que le précédent et j'ai de plus en plus de mal à décrocher de l'histoire.
Plus court que les précédents tomes, ce troisième volet des aventures de Mahmud est pour le moment celui que j'ai préféré. Mahmud continue de voyager à travers le monde afin de devenir un pacha digne de ce nom et malgré son éloignement de la capitale, peu importe où il se rend, il se retrouve toujours impliqué dans les pires situations.
Phœnicia est la ville portuaire la plus importante de la mer Centro qui borde les rivages des deux empires. De par sa position centrale, la ville constitue un enjeu stratégique important. Si la Türkiye a tout intérêt à ce que la ville reste indépendante, l'Empire Balthrain espère bien la conquérir. Pas de chance pour lui, Mahmud arrive au beau milieu de la première guerre phœnicienne et il ne pourra pas rester neutre dans ce conflit. Sera-t-il prêt à prendre tous les risques ? La ville est partagée en deux camps : ceux qui sont pour laisser entrer l’Empire et ceux qui sont persuadés qu’ils pourront résister. Après tout, en trois mille ans d’existence, la ville n’est jamais tombée une seule fois… Mais elle n’a jamais été confrontée non plus à un adversaire tel que le Ministre Louis ! Génie militaire et particulièrement retors, la ville saura-t-elle lui résister ?
Nous en apprenons enfin un peu plus sur certains des personnages secondaires, en particulier le Ministre Louis sans pour autant aller trop loin, ce qui est un peu frustrant. Mahmud est toujours aussi intéressant et nous le voyons évoluer page après page dans un monde où les sentiments n’ont guère leur place. C’est d’ailleurs ce qu’apprendra à ses dépens Constantin, Magistros de Phœnicia. Cyrus l’a bien compris lui, et il apportera une aide précieuse à notre héros, aide qui se prolongera sûrement dans les prochaines aventures de Mahmud. Seul petit bémol : comme dans le second tome, je regrette que Kotono Katu ne se soit pas attardé davantage sur certains personnages. Mais cela laisse l’espoir de les retrouver par la suite.
Encore une fois, l’auteur ne s’attarde pas vraiment sur les relations personnelles entre les personnages mais nous fait vivre l’histoire de Mahmud essentiellement d’un point de vue politique et stratégique. Cela empêche de s’attacher complètement aux personnages, ce qui est dommage et j’ai peur que cela me lasse à la longue. Mais il ne sert à rien d’anticiper sur ce que je n’ai pas lu car pour le savoir, rien de tel que de se plonger dans la suite !

Pour conclure, ce troisième tome d’Altaïr est encore meilleur que les précédents : action, suspense, complots politiques, trahisons… Pratiquement tous les ingrédients pour faire un excellent shonen sont réunis. Il ne manque plus que des personnages plus attachants. J’attends de voir ça avec la suite !
                                                                                 
Extrait
« Je vais rétablir la vérité… Le héros que vous semblez connaître n’est que pure invention. Je n’ai pas combattu de troupes, à Hisar. J’ai agi de façon à éviter l’affrontement avec l’Empire. Ne vous basez pas sur cette fausse gloire… pour déclencher une guerre ! »

Note
 
4/5

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire