MENU

jeudi 2 avril 2015

Love of the Dark Angel

Auteur : Aerith Brennen
Genres : Fantasy, Science-Fiction

Edition : Persée
Parution : Août 2014
Pages :  85 pages

Prix : 12,20 euros

Résumé
Dans un univers au propre espace-temps, une prophétie tend à se réaliser : la prêtresse du peuple des Berserks va être assassinée ; Utahime sera enlevée ; et une adepte de magie noire s’évadera. Ces prédictions bouleversent le destin de Kasaï, un jeune Ange Noir. Sa mission : délivrer sa soeur adoptive. Les deux mondes seront-ils réunifiés ?

Avis de Manon
Le quatrième de couverture de Love of the Dark Angel me semblait plutôt sympa et intriguant. J’étais donc ravie de le recevoir en service presse de la part des éditions Persée que je remercie pour cet envoi. Mais malheureusement, dès le prologue, j’ai rapidement déchanté et je ressors assez déçue de ma lecture.


Alors qu’elle n’est qu’une enfant et suite à une mystérieuse prophétie, la jeune Utahime est arrachée à sa famille, au grand désespoir de son frère adoptif, Kasaï. Alors, lorsque des années plus tard, celui-ci retrouve sa trace, il n’hésite pas à partir à sa recherche. Mais s’il rencontrera beaucoup d’ennemis durant sa quête, il trouvera aussi de fidèles alliés. 
Je dois avouer que je trouve très compliqué de résumer l’intrigue car je suis un peu perdue par ma lecture. Pourtant, l’histoire n’est pas en cause. Au contraire, si elle semble assez classique pour le genre, elle promettait une histoire efficace et pleine d’action. 
Pour moi, le problème vient plutôt de la manière dont cette histoire est racontée. J’ai trouvé le style d’Aerith Brennen très brouillon et il m’a semblé qu’il y avait pas mal d’anachronismes. En effet, l’auteur utilise plusieurs fois le mot « sexy » et emploie même le terme de « cinéma » à un moment donné. Or je n’ai pas pu m’empêcher de tiquer car l’action est censée se dérouler dans un univers différent du notre mais fortement inspiré du Japon médiéval. 

Pendant la majorité de ma lecture, j’ai aussi eu l’impression d’avoir affaire à un simple résumé. Seules les actions et les faits les plus importants semblaient être décrits, notamment les combats de Kasaï et de ses camarades. Point positif, la magie est très présente dans l’univers créé par Aerith Brennen et est bien exploitée dans ces affrontements d’autant plus qu’il y a beaucoup d’action. 
Mais je trouve qu’il manquait de nombreux détails pour rendre l’histoire logique et un peu moins confuse. Le livre fait environ 80 pages mais j’aurais justement aimé qu’il soit plus long pour davantage développer les histoires individuelles et la personnalité des différents personnages dont Kasaï et Ame. A la place, l’auteur semble plus s’attarder sur la description du physique avantageux de certains de ses personnages féminins que sur le fond même de l’histoire. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à différencier certains de ces protagonistes car beaucoup de noms se ressemblaient mais je pense que cela vient surtout du fait que je n’ai pas accroché à l’histoire et que je n’étais donc pas assez attentive. 

Au final je ressors assez déçue de ma lecture. Je pense que l’idée de départ avait tout pour faire un bon livre et une lecture agréable mais une intrigue confuse et pas assez développée a eu raison de mon engouement. Dommage !

Extrait
« Un ange noir, doté à la naissance d’un esprit remarquable par sa mémoire, sera haï des dieux infernaux qui peuvent l’égaler. »

Note
2,5/5

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire