MENU

dimanche 26 avril 2015

L'insoutenable légèreté de l'être

Auteur : Milan Kundera
Traduction : François Kérel
Genres : Drame, Philosophie

Edition : Gallimard
Collection : Folio
Parution : Janvier 1990
Pages :  476 pages

Prix : 10,20 euros

Résumé
A Prague, fin des années 60, Kundera nous invite à suivre Tomas, Tereza, Sabina et Franz. Dans le contexte du Printemps de Prague, ces quatre artistes et intellectuels vont connaitre le poids des sentiments et du désir face à la légèreté de l'être. Amour, infidélité, désir et libertinage sont au rendez-vous.
L’auteur nous entraîne dans une réflexion sur l'homme, l'amour, l'infidélité, qui ne peut pas laisser indifférent. Il creuse les tourments et l'enveloppe des Hommes pour nous offrir un livre profond auquel il est difficile de rester indifférent.

Avis de Manon
L’insoutenable légèreté de l’être… Titre on ne peut plus mystérieux et poétique qui ne donne pas vraiment d’idée quant au contenu de ce livre. Certes j’avais vaguement entendu parler de ce roman mais je ne m’étais jamais penchée dessus et j’avoue que je ne connaissais même pas l’auteur jusqu’à la semaine dernière. Mais heureusement grâce à six minuscules hasards et aux conseils d’une amie, j’ai enfin pu découvrir ce que cachait ce titre si intriguant. 
Résumer le contenu de ce livre relève, pour moi, de la plaisanterie. D’ailleurs je ne saurais même pas par où commencer ! Je me contenterai donc de dire que Kundera nous offre ici une fenêtre sur Prague et plus particulièrement sur la vie de quatre personnes au cours des années 60 et du Printemps de Prague : Tomas, chirurgien amateur de femmes, sa compagne Tereza, sa maitresse Sabina et un autre amant de celle-ci, Franz, universitaire reconnu.

Parler de coup de coeur pour ce livre, comme je le ferais pour un roman jeunesse, me semble assez réducteur et ne reflète pas du tout cet ouvrage que ce soit au niveau du contenu, des idées de Kundera ou de l’écriture.
Face aux réflexions de l’auteur, aux choix des personnages ou encore aux évènements, chaque lecteur se fera sa propre opinion sur ce livre. Au final, ce dernier peut être interprété d’une multitudes de manières. D’ailleurs, je suis convaincue que si je relis ce livre dans quelques années, je lui trouverais probablement un autre sens, bien différent de celui que je lui donne aujourd’hui. 

Les premières pages étaient un peu déroutantes et je ne savais pas si j’étais en présence d’un roman ou d’un essai philosophique. Sûrement la faute à Nietzsche qui tient une place importante dans la première partie de l’oeuvre. Pourtant, et progressivement, l’auteur introduit ses personnages mais sans pour autant négliger la réflexion initiée dès les premières pages sur la légèreté et la pesanteur, l’amour et la fidélité, la politique et le communisme ou encore les choix de l’homme face aux hasards de la vie.

L’insoutenable légèreté de l’être s’inscrit dans un contexte politique très particulier et qui, encore aujourd’hui, renvoie à des évènements d’actualité. Le Printemps de Prague est abordé avec beaucoup de retenue et tact notamment à travers Tomas. Si ses errances libertines occupent une large part de l’histoire, il soulève également d’autres questions : vaut-il mieux collaborer et avoir la paix ou assumer ses idées et se mettre en porte-à-faux avec tous les risques que cela comporte pour sa carrière et sa vie

Deux personnages, Tomas et Tereza, m’ont beaucoup marqué. Ce sont deux personnages extrêmement différents mais qui pourtant ne peuvent pas se passer l’un de l’autre malgré tout ce qui les sépare. On découvre leurs doutes et leurs hésitations mais aussi leurs convictions et leurs choix qui en font des individus intrigants et assez intéressants à suivre. 
S’agissant de Sabina et de Franz, deux autres protagonistes clés, bien que de moindre importance, j’avoue les avoir trouvés sans grand intérêt. A mes yeux, même le chien de Tomas et Tereza était plus intéressant. 

L’écriture de l’auteur est plutôt classique mais très fluide. Les phrases s’enchaînent avec beaucoup de facilité et la lecture est très agréable malgré quelques passages assez crus. Le plus déroutant à été la structure chronologique de l’intrigue. L’auteur fait en effet de nombreux allers-retours entre différentes époques et je m’y suis parfois perdue.  
J’ai trouvé la fin très intéressante. Finalement, nous avons très peu d’emprise sur notre vie. Celle-ci se résume, en définitive, à un enchaînement de hasards plus ou moins improbables et à la manière dont les personnes nous survivant décideront de résumer nos vies.

L’insoutenable légèreté de l’être est un roman aussi intriguant que son titre le laissait présager. S’il met en lumière les principaux évènements des années 60 et le Printemps de Prague, il fait surtout la part belle à des personnages complexes et fascinants qui nous renvoie à nos propres questionnements sur le hasard, l’amour… et tout simplement sur l’homme en général.   

Extraits
« Il y a une énorme différence entre un Robespierre qui n’est apparu qu’une seule fois dans l’histoire et un Robespierre qui reviendrait éternellement couper la tête aux Français. »
« En travaux pratiques de physique, n’importe quel collégien peut faire des expériences pour vérifier l’exactitude d’une hypothèse scientifique. Mais l’homme, parce qu’il n’a qu’une seule vie, n’a aucune possibilité de vérifier l’hypothèse par l’expérience de sorte qu’il ne saura jamais s’il a eu tort ou raison d’obéir à son sentiment. »

Note
4/5

8 commentaires :

  1. Ce roman attend depuis quelques temps (années ?) bien sagement dans ma bibliothèque que je daigne m'occuper de lui. Grâce à toi, je pense que ça sera très prochainement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui si tu as l'occasion de le lire, il ne faut pas hésiter ! C'est vrai une expérience ce livre !!

      Supprimer
  2. Je ne connais pas ce roman mais j'aimerais me faire ma propre idée dessus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille ! Il est vraiment intriguant et chacun peut en faire sa propre interprétation.

      Supprimer
  3. Je viens de le voir sur un autre blog donc il faut absolument que je le lise !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras ce que tu en penses si tu tentes l'expérience !!!

      Supprimer
  4. j'ai déjà entendu parlé de l'auteur mais n'ai jamais tenté sa lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en as l'occasion, je te le conseille. c'est un livre assez spécial et assez déroutant !

      Supprimer