MENU

dimanche 19 avril 2015

Les Enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt, Tome 1 - L’Étrangleur de Cater Street

Auteur : Anne Perry
Titre Original : The Cater Street Hangman
Traduction : Annie Hamel et Roxane Azimi
Genres : Policier, Historique

Éditions : 10-18
Collection : Grands Détectives
Publication : Novembre 2014
Pages : 672 pages

Prix : 12,90 euros

Résumé
Suffragette avant l'heure, la téméraire Charlotte Ellison n'aime ni l'étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880, le danger guette et les femmes en sont souvent la proie...
Sherlock Holmes en jupons, la divine Charlotte dénoue son premier crime et inaugure une longue série d'enquêtes haletantes, dévoilant une Angleterre victorienne pleine de secrets.

Avis de Marie
Depuis de nombreuses années je voulais lire les enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt mais je n’avais jamais sauté le pas. En me rendant au Salon du Livre de Paris, j’ai profité de la présence de l’auteur pour enfin acheter ce premier tome (et me le faire dédicacer par la même occasion !). Et je n’ai qu’un seul regret : celui de ne pas avoir commencé la série plus tôt !
Les habitants de Cater Street sont en émoi. Plusieurs jeunes femmes ont été assassinées dans la rue et personne ne sait pourquoi. Aucune des résidentes ne semble être à l’abri et la police peine à démasquer le coupable. Charlotte va, malgré elle, se trouvait mêlée à cette sombre histoire. Mais sa curiosité pour ce genre d’affaires pourrait bien la mener au devant de grands dangers. Après tout, le meurtrier est prêt à tout pour ne pas se laisser prendre, y compris à se débarrasser de toute personne susceptible de le démasquer. L’inspecteur Pitt sera-t-il en mesure d’arrêter l’assassin avant qu’il ne frappe de nouveau ?

Cette première enquête de Charlotte et Thomas Pitt nous plonge dans une Angleterre victorienne où les apparences et les faux-semblants dominent. Mais comment faire lorsqu'ils font obstacle à l'élucidation de meurtres tous plus terribles les uns que les autres ?
Anne Perry parvient avec brio à nous faire remonter le temps jusqu’en 1880 et décrit à merveille les conditions de vie de l’aristocratie de l’époque. Les apparences y sont essentielles et lorsque le cadavre d’une jeune femme de bonne famille est retrouvé dans la rue et que la police vient enquêter, celles-ci risquent de voler en éclats. Quels sombres secrets l’inspecteur Pitt va-t-il mettre à jour ? Au cours de son enquête, le policier fera de nombreuses découvertes, mettant à mal ces familles pour qui l’image compte plus que tout, y compris que la découverte du meurtrier…
Les paroles et les actes de chacun des protagonistes vont alors être décortiqués dans les moindres détails, nous livrant un tableau de ce que pouvait être la société londonienne de cette fin du XIXème siècle. En ce sens, j’ai d’ailleurs trouvé que l’auteur s’inspirait beaucoup de Jane Austen, ce qui n’était bien évidemment pas pour me déplaire !

Tous les personnages voient leur vie gouvernée par les conventions sociales et chacun ne saurait y déroger. La plupart se révèleront alors lâches, menteurs et/ou hypocrites. Pourtant, quelques-uns se démarquent du lot dont notre chère héroïne : Charlotte. Curieuse, Charlotte s’intéresse à des sujets sur lesquels une dame digne de ce nom ne devrait en aucun cas se pencher : les histoires de bataille, de meurtre ou encore de politique suffisent à faire son bonheur. Cela pourrait presque passer s’il elle n’était dotée, en plus de cela, d’un franc parler. Charlotte n’a jamais su rester à sa place et possède une fâcheuse tendance à exprimer tout haut ce qu’elle pense, au grand dam de sa mère qui désespère de la voir se marier un jour. Sa sœur Émily, qui possède elle aussi un grand esprit critique, est néanmoins plus superficielle. Désireuse de faire un (très) bon mariage, elle n’hésite pas à mettre son intelligence à profit pour parvenir à son but. Dotée d’un pragmatisme à toute épreuve, ses répliques apportent une petite touche d’humour.  
Du côté des personnages masculins, j’ai bien aimé l’inspecteur Thomas Pitt même si comparé aux personnages féminins, je l’ai trouvé un peu plus fade. Toutefois, son charisme et sa détermination en font un personnage intéressant et plutôt attachant.
Anne Perry fait intervenir de nombreux personnages au cours de cette enquête et consacre ses chapitres à leurs points de vue respectifs, ce qui nous permet d’avoir une approche de leur façon de penser et de découvrir quels secrets ils tentent de cacher. L’auteur prend ainsi plaisir à brouiller les pistes de l’enquête tout au long de notre lecture. Pour autant, je n’ai pas trouvé que c’était le point fort du livre. En effet, j’ai trouvé qu’il était assez facile de deviner le coupable largement avant la fin mais c’est là tout l’intérêt de cette lecture : j’avais hâte de parvenir à la fin pour vérifier mon hypothèse !

L’autre point fort tient à son aspect sociologique. Sur fond d’enquête, c’est bien la société de l’époque qui est décrite avec le rôle que chacun doit y jouer. Si les hommes et les femmes occupent des positions bien définies en fonction de leur sexe, il faut également y ajouter leur place dans la société. L’inspecteur Pitt se voit ainsi confronter aux oppositions des gens de la classe sociale supérieure non pas parce que le meurtrier pourrait bien se trouver dans leur cercle mais bien parce que son enquête pourrait avoir des répercussions énormes sur leur image. Heureusement qu’il peut compter sur le bon sens et l’intégrité de certains.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé cette première enquête de Charlotte et Thomas Pitt. La plume d’Anne Perry est un régal et suspens et rebondissements sont présents tout au long de notre lecture. Une fois cette enquête terminée, vous n’aurez qu’une envie : découvrir la prochaine sans tarder !

Extrait
« Seule Charlotte paraissait naturelle. Mais évidemment, Charlotte n’avait jamais eu le sens des priorités. »

« Pour nous, ces deux choses sont aux antipodes, mais, pour elle, elles ne sont pas si éloignées que ça. Dans son esprit, une personne capable de valser pourrait très bien envisager de tuer. »


Note
4/5

6 commentaires :

  1. J'ai commencé la série il y a un bon moment mais je suis encore loin de l'avoir terminée. J'ai vue la nouvelle édition en libraire et elle est très jolie. Ton article me redonne envie de m'y remettre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! C'est vrai que la série est assez longue... Mais bon, si les tomes suivants sont aussi bien que les premiers, alors ça vaut le coup :D

      Supprimer
  2. Pour le moment, je n'ai lu que ce premier tome (et le fait qu'il y en ait 28 ou 29 me refroidit un peu) et j'avais beaucoup aimé, aussi bien les personnages de Charlotte et Thomas que l'intrigue dans cet univers victorien. Bon, faudrait que je lise le tome 2 maintenant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le fait qu'il y en ait autant peut décourager un peu. Mais en même temps, je ne regrette absolument pas de mettre lancée, les deux premiers tomes sont vraiment biens !

      Supprimer
  3. Je suis en plein dans la série des enquêtes de William Monk et j'adore! On y retrouve les qualités que vous énumérez, dont notamment des réflexions tres interessantes sur la place des femmes mais aussi des enfants dans la societe. Les personnages sont tous très bien exploités et attachants! J'ai hâte de lire cette serie également!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir hésité entre les enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt et celle de William Monk. Finalement j'ai opté pour cette première série mais j'avoue que l'autre me tente bien. Surtout si, comme vous le dîtes, on y retrouve tous ces éléments !

      Supprimer