MENU

jeudi 26 mars 2015

Pour une liberté

Auteur : Mathieu Mériguet
Genre : Drame

Edition : CreateSpace
Parution : Novembre 2014
Pages :  396 pages

Prix :  14,98 euros (version papier)

Résumé
Quentin vit avec sa fiancée en banlieue parisienne. La vie est morose, tous deux décident de revenir vivre à la propriété familiale, une vaste bâtisse située dans le sud de la France, perdue dans la forêt. Paul, le frère de Quentin, veille sur la demeure en attendant l'arrivée du couple. Bûcheron de métier, il vit loin de la société, à l’abri de ses dangers. Il est en communion avec la nature, car il y trouve le calme dont il a besoin. 

Mais Paul se montre mystérieux depuis quelques mois. Il est distant, et des rumeurs courent à son sujet. Au village, tout le monde redoute cet ermite robuste et solitaire qui, ces derniers temps, agit de manière obsessionnelle. Mais plus que tout, c’est la propriété qui inquiète, cette immense maison isolée dans les bois, et porteuse dans ses murs d'un lourd passé. 

Quel mystère cache donc la forêt ? Que va découvrir Quentin une fois sur place ? 

Avis de Manon
Lu en seulement quelques heures, Pour une liberté de Mathieu Mériguet ne m’a pas laissé indifférente et même après avoir tourné la dernière page, je me pose toujours beaucoup de questions sur l’intrigue et les personnages. 
Quentin est un jeune professeur de collège à qui la vie ne sourit pas vraiment. Il vit dans une banlieue parisienne gangrénée par la délinquance et son couple bat de l’aile. Il faut dire que sa fiancée est en pleine dépression suite à une agression et à son infidélité avec Marina, son amour de jeunesse. Pour prendre un nouveau départ, Quentin et Caroline décident de repartir dans leur sud natal et de s’installer dans la propriété familiale du jeune homme, déjà habité par son frère Paul, un solitaire amoureux de la nature. Mais entre secrets et non-dits, ce nouveau départ va s’avérer difficile. 

L’histoire de Mathieu Mériguet a le mérite d’être originale et déroutante. Si a priori l’idée de départ semble simple, un couple qui déménage pour repartir à zéro et se retrouver, l’intrigue va se complexifier au fur et à mesure des pages. Grâce au passé des deux frères, à leur relation, à Caroline et Marina, j’ai eu l’impression qu’il y avait en fait plusieurs intrigues dans un même roman avec pas mal de rebondissements et de suspens. 
J’ai aussi considéré la propriété de Quentin et Paul comme un personnage à part entière car après tout elle occupe une place essentielle dans le livre et dans la vie des personnages. 
Par contre si le ton et la plume de l’auteur sonnent justes, certains événements m’ont semblé totalement invraisemblables et ont décrédibilisé, du moins de mon point de vue, une partie de l’histoire. 

Les protagonistes sont peu nombreux et j’ai trouvé que cela servait très bien l’intrigue qui semblait parfois se dérouler en huis-clos. J’ai beaucoup aimé les personnages de Caroline et de Paul, tous les deux touchants malgré (ou à cause de) leurs défauts. Je les trouve admirables de supporter Quentin que j’ai trouvé très antipathique. Suffisant, donneur de leçon et prétentieux, je dois avouer qu’il me sortait parfois par les yeux malgré la pertinence de certaines de ses réflexions. Je me suis plusieurs fois demandé comment les autres personnages arrivaient à le supporter et surtout comment Caroline et Marina pouvaient être amoureuse d’un type aussi égoïste. D’ailleurs je trouve que la fin est plutôt logique même si elle est assez dure. J’ai vu ça comme un juste retour des choses. 

Pour une liberté est très agréable à lire. Le style est parfois soutenu mais très fluide et en plus il n’y a quasiment pas de coquilles ! Le roman se lit très facilement. Je n’ai pas passé mon temps à relire un passage que je n’aurais pas compris et j’ai donc pu me concentrer entièrement sur l’intrigue, ce qui est très appréciable. 

En définitive, Pour une liberté se démarque par l’originalité de son intrigue et la plume très agréable de son auteur. Malgré quelques invraisemblances et l’antipathie que m’a inspiré le personnage principal, j’en garde une bonne impression !

Extrait
« - Quand je pense que je t’ai accueilli sous mon toit comme un ami. Tu as même dormi à l’intérieur des murs les fois où tu étais trop ivre pour rentrer chez toi.
- Je n’ai presque jamais rien volé, balbutia Gaby, je le promets. »

Note

3,5/5

4 commentaires :

  1. Ce livre ne m'avait pas laissé indifférente non plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair ! Ce livre laisse une impression durable !!

      Supprimer
  2. J'avais raté ta critique Manon, je te remercie pour ce billet pertinent et bien rédigé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ! Merci de m'avoir fait parvenir ce livre et de m'avoir permis de le découvrir !

      Supprimer