MENU

mardi 24 mars 2015

Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1 - Sans âme

Auteur : Gail Carriger
Titre Original : The parasol protectorate : Book the first
Traduction : Sylvie Denis
Genres : Fantasy, Bit-Lit

Edition : Le livre de poche
Parution : Avril 2012
Pages :  425 pages

Prix : 7,10 euros

Résumé
Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Avis de Manon
C’est la deuxième fois que je lis Sans âme et je peux déjà dire que j’ai pris autant de plaisir à cette lecture qu’à la première. 
Gail Carriger nous plonge dans une Angleterre victorienne un brin particulière. En effet, il n’est pas rare de croiser un vampire, un loup-garou ou même un fantôme au détour d’une rue ou même au cours d’un bal. Après tout, ces créatures surnaturelles sont parfaitement intégrées à la société. 
À première vue, Alexia Tarabotti est une jeune femme de la bonne société tout à fait banale si on ne tient pas compte de son statut de vieille fille et de ses origines italiennes (le comble du mauvais goût au sein de la bonne société anglaise). Mais ce ne sont pas ses seules particularités car c’est aussi une para-naturelle, ce qui veut dire qu’elle n’a pas d’âme même si cela ne semble pas particulièrement déranger Lord Maccon, le loup-garou le plus en vue de Londres ! 
Ces deux-là vont d’ailleurs être amenés à se croiser souvent lorsqu’Alexia tue accidentellement un vampire et se retrouve mêlée aux disparitions mystérieuses de surnaturels.  

Au début, j’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’histoire. J’ai trouvé le premier chapitre assez long et sans grand intérêt. En plus, le style de l’auteur m’a semblé un peu laborieux mais heureusement cette impression ne dure pas et l’intrigue devient prenante et addictive une fois passé les trente premières pages. De même, l’écriture devient plus fluide et entraînante
Pour moi, la plupart des livres de Bit-Lit se ressemblent et ne se démarquent pas particulièrement par leur originalité. Mais ici ce n’est vraiment pas le cas. Si on n’échappe pas à quelques clichés propres au genre, l’auteur réussir à créer un univers intéressant et original. La bienséance et les conventions de l’Angleterre victorienne chères à Jane Austen ou aux soeurs Brontë se heurtent ici à tout un tas de légendes fantastiques qui, à première vue, ont plus leur place dans un roman d’Anne Rice ou de Laurell K. Hamilton. Et c’est justement ce mélange, entre autre, qui fait l’intérêt du livre. 
Il y aussi beaucoup d’humour dans ce roman : les prises de bec d’Alexia et de Lord Maccon sont tordantes. Tout comme la manière très personnelle dont notre héroïne analyse les évènements et les personnes qui l’entourent. L’opinion qu’elle a sur sa famille vaut vraiment le détour. 

L’autre intérêt de ce livre, ce sont ses personnages. Alexia Tarabotti est une jeune femme très intéressante et absolument pas conventionnelle pour l’époque. La demoiselle est loin d’avoir la langue dans sa poche et semble avoir pour mission d’exaspérer Lord Maccon et le reste de son entourage. J’aurais d’ailleurs bien aimé que le loup-garou fasse plus d’apparitions ou que son point de vue soit davantage développé. Les personnages secondaires ne sont pas en reste non plus, qu’il s’agisse de la famille d’Alexia et de son horripilante Mama ou de Lord Akeldema, vampire unique en son genre, et de ses mignons.

Au final, je ne peux pas parler de coup de coeur car le style de l’auteur n’a pas toujours été évident à suivre. Mais on se laisse très vite entraîner par les aventures surnaturelles de Miss Tarabotti, héroïne chic et choc d’une Angleterre victorienne originale et décalée où mêmes les vampires et les loup-garous doivent montrer leurs bonnes manières à l’heure du thé. 

Extraits
« Alexia considérait qu’expliquer l’absence d’âme aux masses mal informées n’en valait pas la peine. C’était presque, mais pas tout à fait, aussi embarrassant que l’on sache que son père était à la fois mort et italien. »

« Les loups-garous des Highlands avaient la réputation de faire des choses atroces et totalement injustifiées, comme porter des vestes d’intérieur à la table du dîner. »

Note
4,5/5

10 commentaires :

  1. J'ai adoré cet univers! Je ne pense pas que le coup de foudre ait été immédiat, mais dès le second tome, j'étais bien accrochée. As tu lu la suite? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'univers est génial. Je n'ai pas encore lu la suite mais ce que tu dis me donne envie de la lire !!

      Supprimer
  2. J'en garde vraiment un bon souvenir, il faudrait que je lise la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil et comme il y a trois tomes, ça devrait être faisable :)

      Supprimer
  3. j'ai adoré cette lecture! il faudrait que je continue la saga!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la suite est aussi bien que ce premier tome !!!

      Supprimer
  4. ah il est dans ma PAL depuis longue date, il faudrait que je l'en sorte vite !!! en plus j'adore cette couverture ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui lis le vite, il vaut le détour ! C'est vrai que lors couvertures sont sympas :) j'espère que tu aimeras !!

      Supprimer