MENU

mercredi 18 février 2015

Insatiable

Auteur : Meg Cabot
Titre Original : Insatiable
Traduction : Luc Rigoureau
Genres :Fantastique, Romance

Edition : Le livre de Poche
Parution : Juin 2014
Pages : 670 pages

Prix : 8,90 euros

Résumé
Vous en avez assez des vampires ?
Meena Harper aussi. Et le paranormal, ça la connait. La preuve : elle peut tout vous dire de votre mort prochaine. Mais, dès que cela la concerne, Meena ne voit rien venir. Du coup, elle ne pouvait pas imaginer : qu’elle allait rencontrer un beau brun ténébreux, qu’elle en tomberait amoureuse, que ce serait un prince au côté légèrement obscur, et que l’heureux élu serait déjà mort. Pourtant Meena finirait bien sa vie avec lui. Bref, voici venue l’heure fatale de prendre son destin en main. 
Mais Meena en a-t-elle les moyens ?

Avis de Manon
Adolescente je n’avais lu aucun roman de Meg Cabot que j’ai découvert tout récemment avec Irrésistible ! Séduite par le style et l’humour décalé de l’auteur, je me suis lancée dans Insatiable, un autre de ses romans, au résumé plus que prometteur. 
Meena Harper est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus banal à deux ou trois exceptions. Tout d’abord, elle exerce un métier assez original puisqu’elle est rédactrice pour un soap extrêmement populaire. Mais en plus, elle possède un don peu conventionnel : celui de deviner la cause de la mort des personnes qu’elle croise. Si en soit son don est assez singulier, sa vie va devenir encore plus surnaturelle et bizarre lorsqu’elle tombe amoureuse d’un vampire. Mais pas n’importe lequel, car il s’agit de Lucien Antonescu, le Prince des Ténèbres en personne !

De manière générale, Insatiable s’est révélé être une lecture agréable mais pour moi il manquait un petit quelque chose pour vraiment l’apprécier et la considérer comme un coup de cœur. 
Le problème ne vient pas de l’histoire qui m’a beaucoup intéressée. Les références à la culture populaire, surtout s’agissant des vampires, sont nombreuses et servent souvent de prétexte à quelques traits d’esprits plutôt drôles. Ainsi Dracula, True Blood, Twilight et compagnie se font gentiment égratignés pour le plus grand bonheur des lecteurs (en tout cas du mien !). En effet, l’auteur n’hésite pas à se moquer des clichés et à les détourner même si elle les réutilise elle-même volontiers.

Si l’intrigue est à la troisième personne, cela n’empêche pas Meg Cabot de mettre en avant de nombreux personnages comme Jon le frère de notre héroïne, Alaric le garde palatin ou Lucien même si au début j’ai eu un peu de mal à m’attacher à eux. Pourtant, les chapitres envisagés de leur point de vue étaient tout aussi intéressants que ceux consacrés à Meena même si cette dernière se démarque du lot. Je l’ai d’ailleurs beaucoup apprécié. Drôle et attachante (certaines de ses réflexions valent le détour !), on la voit évoluer et s’affirmer au fur et à mesure de l’histoire car, si elle a une certaine habitude du surnaturel avec son don et qu’elle a un caractère bien trempé, se retrouver mêler à une guerre de clans vampirique, ce n’est quand même pas évident !!

Pourtant, malgré tous ces points positifs, le livre est assez lassant et long. Certes, il se lit facilement grâce à l’écriture entraînante et fluide de l’auteur. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs : l’intrigue met du temps à se mettre en place. En plus, par moments, l’histoire n’avance pas et on a l’impression que les personnages tournent en rond et ne savent pas quoi faire. Surtout que je me suis plusieurs fois interrogée sur la vitesse à laquelle progresse la relation entre Lucien et Meena alors qu’au final, ils ne se croisent pas beaucoup en presque 700 pages. 

Pour conclure, Insatiable n’est pas un coup de cœur. Il y avait trop de longueurs pour que j’apprécie vraiment l’histoire mais il vaut quand même le coup d’œil pour ses personnages drôles et attachants. 

Extraits
« Abraham Holtzman était un petit monsieur dont le crâne se dégarnissait. Il avait décidé de traquer le maître de toutes les créatures maléfiques en jean et sandales. Et chaussettes. »

« Contrairement à Meena, Leisha aimait les histoires dramatiques qui se terminaient mal. Elle adorait l’écrivain Nicholas Sparks. »

« Force lui était d’ailleurs de convenir qu’il était logique, d’un point de vue image de marque, de ne pas massacrer les gens pour se nourrir, surtout les femmes et les enfants, chose que Lord Dracula avait paru ne jamais parvenir à concevoir. »

Note
3/5

6 commentaires :

  1. Je ne pense pas le lire... mais on ne sait jamais ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors si tu le lis un jour, n'hésite pas à me dire ce que tu en auras pensé :)

      Supprimer
  2. Je ne pense pas tenter non plus... mais comme dit Marinette, on ne sait jamais ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai on ne sait jamais ^^ Si tu tentes cette lecture, j'espère qu'elle te plaira !

      Supprimer
  3. ça fait un BAIL que je n'ai pas lu de Meg Cabot mais j'adore son style. Ça me détend énormément et je me sens toujours proche de ses personnages féminins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que son style est fantastique tout comme ses personnages d'ailleurs ^^ Ses héroïnes sont toujours géniales !!

      Supprimer