MENU

lundi 10 novembre 2014

Dracula mon amour

Auteur : Syrie James
Titre Original : Dracula my Love - The secret journals of Mina Harker
Traduction : Luc Rigoureau
Genre : Fantastique, Romance

Edition : Livre de Poche Jeunesse
Parution : Mars 2012
Pages : 545 pages

Prix : 7,90 euros

Résumé
Sept longues années se sont écoulées depuis la fin tragique de l'aventure qui nous a opposés au Comte Dracula, moi, Mina Harker, mon mari, Jonathan, et trois de nos amis.
Et pourtant... je me souviens de chaque trait de son visage, de chaque muscle de son corps, comme s'il n'avait jamais cessé de m'étreindre.
Aujourd'hui, je ne peux plus supporter le poids de la culpabilité et je me dois d'écrire ce qui s'est réellement passé.
Loin du monstre qu'il pouvait être parfois, il était aussi un homme magnifique, d'une beauté terrifiante et d'une intelligence remarquable.
Je l'ai aimé au premier regard, d'une passion dévorante, charnelle et interdite. Et j'aime à croire que cet amour incendiaire fut partagé.

Avis
Avec Dracula mon amour, Syrie James revisite l’histoire, que dis-je, le mythe du célèbre vampire et en fait une histoire d’amour sombre et torturé bien loin de l’oeuvre originale de Bram Stoker. 
L’idée de départ est simple et plutôt sympathique : et si les journaux et autres comptes-rendus établis par les personnages de Stocker omettaient certains détails et si, plus important encore, Mina Harker n’avait pas tout révélé les liens qui l’unissaient au célèbre Comte ? 

Ici, l’auteur offre à Mina un rôle beaucoup plus complexe et important que dans l’oeuvre d’origine. Ce livre se voulant la véritable version du journal intime narre ses aventures et sa rencontre avec Dracula. Dans l’ensemble l’intrigue originale est bien respectée, les évènements s’enchainent selon la même logique que dans Dracula
J’ai apprécié le fait d’en apprendre un peu plus sur la vie de Mina, sur ses origines et ses aspirations, souvent étouffées par la société victorienne anglaise dans laquelle elle évolue. L’auteur arrive de manière astucieuse à insérer tous ces éléments dans son intrigue. On obtient donc une histoire en marge de celle racontée par Stoker mais pourtant crédible. Syrie James exploite avec beaucoup de talent certains blancs et les imprécisions de la première version. Et les apparences sont parfois trompeuses…
Seulement à trop miser sur la romance et le côté « destin tragique à la Romeo et Juliette », on perd tout ce qui faisait du Dracula original une oeuvre terrifiante et angoissante. J’ai eu l’impression, à de nombreux moments, que l’auteur se basait davantage sur le film de Coppola que sur le roman de Stocker. Et c’est bien dommage car ce Dracula sombre et torturé en quête d’amour est loin d’être aussi effrayant que l’horrible Comte décrit par le romancier !

Si le personnage de Mina m’était sympathique au début du livre, je me suis rapidement lassée. Je la trouve plutôt égoïste dans ses choix. J’ai trouvé son comportement illogique dans plusieurs passages et ses hésitations deviennent rapidement agaçantes passée la première moitié de son journal.
Mon autre reproche concerne les personnages secondaires. Si Dracula et Jonathan Harker sont suffisamment développés, il n’en est rien s’agissant des autres protagonistes : Van Helsing passe pour un imbécile incompétent et suffisant, Lord Godalming et Mr. Morris sont quasiment inexistants et lors de leurs rares apparitions, on a l’impression qu’ils ne font que de la figuration !

Le style de l’auteur est simple et plaisant à lire même si arrivée au 3/4 du roman, j’ai commencé à trouver le temps long. Le manque d’action et les éternelles hésitations de Mina entre Dracula et son mari Jonathan y sont sans doute pour quelque chose !

Dracula mon amour revisite de manière romantique le mythe de Dracula. Si l’idée de départ est plutôt plaisante, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver Mina, Dracula et les autres personnages même si ceux-ci sont vraiment éloignés de l’oeuvre originale de Stoker. 

Extraits
« Était-ce possible ? L’homme que j’aimais était-il donc le monstre que je haïssais, la bête que nous nous étions promis d’éliminer ? »

« Si le monde devait cesser d’exister, je continuerais de penser que lui et moi étions appelés à nous rencontrer, à nous aimer, à souffrir et à éprouver une triste désillusion. »

Note
3/5

5 commentaires :

  1. Je l'ai lu il y a longtemps et j'avais bien aimé malgré quelques longueurs comme toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dommage que ces longueurs gâchent un peu l'ensemble !!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Lance toi et laisse toi tenter !! Malgré quelques longueurs la lecture est plutôt agréable !

      Supprimer
  3. Je viens de le finir et de lui consacrer un article dans mon blog. Moi aussi j'ai aimé l'histoire même si je n'ai pas vraiment aimé la fin. J'aurai plutôt opter pour Nicolae

    RépondreSupprimer