MENU

jeudi 4 septembre 2014

Les Aventuriers de la Mer, Tome 1 - Le Vaisseau Magique

Auteur : Robin Hobb
Titre VO : The Liveship Traders - Ship of Magic
Traduction : A. Mousnier-Lompré
Genre : Fantasy

Edition : J’ai Lu
Publication : Août 2007
Pages : 316 pages

Prix : 7,20€

Résumé
Les vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates… et sont surtout l’objet de toutes les convoitises.
Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s’approprier son vaisseau, car l’héritage d’une vivenef ne se transmet pas comme un legs normal. Et ce tandis que d’autres dangers se profilent à l’horizon : les serpents de mer qui infestent les océans se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien…

Avis de Marie
Fan inconditionnelle de L’Assassin Royal, je ne pouvais pas passer à côté des Aventuriers de la Mer, sachant que les deux séries finissent par se croiser au cours des aventures de Fitz. Je voulais notamment en apprendre plus sur cette fameuse Althéa, qui apparaissait comme un personnage au tempérament de feu. Et je n’ai pas été déçue !
Nous retrouvons donc le même univers que dans L’Assassin Royal, sauf que cette fois les évènements se déroulent à Terrilville, une ville portuaire marchande et non dans les Six-Duchés. Plus précisément, nous allons suivre le parcours de la famille Vestrit, une famille de marchands traversant une phase très difficile. Le chef de famille et capitaine de la Vivacia, Ephron, est mourant. Qui héritera du navire à sa mort ? Robin Hobb nous plonge alors dans les sombres machinations ourdies pour obtenir le commandement du navire et qui vont déchirer la famille Vestrit. Car Vivacia n’est pas un navire comme les autres : c’est une vivenef, un navire plus rapide que tous les autres, objet de toutes les convoitises et qui possède une particularité qui n’est pas des moindres : à son éveil, elle possèdera sa propre personnalité, forgée grâce aux générations de marchands qui ont rendu leur dernier souffle sur le navire afin de lui confier leurs souvenirs et leur savoir. L’enjeu est de taille, il en va de l’avenir de toute une famille !

J’ai eu un peu de mal au début à me plonger dans ce premier tome. En effet, il m’était difficile de me détacher de la saga précédente de l’auteure, m’attendant à chaque page à croiser des personnages de L’Assassin Royal. Or, ce n’est pas le cas, on ne trouve que quelques petites références aux Six-Duchés à une exception près : Ambre. Pour celles et ceux connaissant la suite et/ou ayant déjà lu L’Assassin Royal, vous aurez déjà fait le rapprochement. Pour les autres, je ne dirais rien ! Ambre reste, dans les deux sagas, mon personnage favori !!
Ensuite, l’histoire est coupée en plusieurs points de vue. Par conséquent nous suivons chaque personnage indépendamment des autres et cela m’a un peu gênée car dès le début, j’avais une préférence pour Althéa. Mais quand on connaît un minimum ce que fait Robin Hobb, on sait très bien que tout finit par se recouper.

Une fois ces attentes reléguées au second plan, j’ai enfin pu apprécier ma lecture à sa juste valeur. Robin Hobb possède une plume incroyable ! Avec talent, elle parvient à nous plonger complètement dans cet univers fantastique et moyenâgeux grâce à des descriptions soignées et des personnages extrêmement bien travaillés.
Kefria et Althéa sont les filles d’Ephron Vestrit et toutes deux espèrent hériter de la vivenef à la mort de leur père. Or, seule l’une d’elles le pourra. La première est une épouse soumise à son mari Kyle, un homme odieux et égoïste, prêt à tout pour arriver à ses fins. Althéa est une jeune femme passionnée et impulsive et possède un lien fort avec le navire. Alors quand elle comprend qu’il est en train de lui échapper, elle ne le supporte pas et va tout faire pour le récupérer. Mais la lutte contre Kyle sera difficile, lui qui estime que la place d’une femme n’est pas sur le pont d’un navire et qui n’hésitera pas à utiliser ses propres enfants pour satisfaire ses ambitions. Ainsi, Hiémain, son fils aîné, en fera malheureusement les frais, lui qui se destinait à une carrière de prêtre et non de marin…
Tout en s’intéressant à l’ensemble de la famille Vestrit, Robin Hobb nous dresse également le portrait de Kennit, personnage aussi ambitieux que retors et qui aspire à devenir le roi des pirates (Jack Sparrow n’a plus qu’à aller se rhabiller !). Mais pour cela, il lui faut une vivenef… (Finalement, il aurait peut-être dû se contenter du Black Pearl comme Jack, ça aurait été moins compliqué).
Les Aventuriers de la Mer, ce n’est pas que des personnages humains. Il y aussi les serpents de la mer, ces êtres mystérieux dont l’espèce semble condamner à disparaître et qui entretiennent un lien particulier avec les vivenefs. Dans Le vaisseau magique nous faisons également la connaissance de deux d’entre elles : Vivacia et Parangon. Difficile de croire qu’il s’agit de simples bouts de bois animés capables de parler !
Tous ces personnages prennent place au beau milieu d’intrigues et de complots. Car il ne faut pas oublier que le commerce est une forme de pouvoir. Et qui dit pouvoir dit aussi trahison. Comment tous ces personnages vont-ils évoluer ? Parviendront-ils tous à leur fin ?

Ce premier tome ne fait que poser les bases de la série. Les personnages sont nombreux et le monde dans lequel ils évoluent, vaste. Cette étape introductive était donc une nécessité ! Pour autant, une fois le livre terminé, je n’ai eu qu’une envie : enchaîner direct avec la suite. Tout en faisant partie du même univers que L’Assassin Royal, ces deux séries peuvent être lues indépendamment. Cependant, il faut savoir qu’à un moment donné, les deux mondes se recoupent et nous apprenons la suite directe des Aventuriers de la Mer dans L’Assassin Royal.

Extrait
« L’instant si longtemps espéré était parti comme il était venu ; Vivacia était éveillée, et, à part le premier élan de triomphe, elle n’avait rien ressenti de ce qu’elle attendait. Le prix était trop élevé.
A la seconde où elle se fit cette réflexion, elle regretta de ne pouvoir l’oublier. C’était la trahison suprême de se tenir sur ce pont, non loin de la dépouille de son père, et de se dire que le prix à payer était trop élevé, que la vivenef ne valait pas la mort d’Ephron Vestrit, ni de son grand-père ni de son arrière-grand-mère. Vivacia n’était pas la cause de leur trépas, mais plutôt la somme de leurs legs ; en elle, ils continuaient à vivre. »

Note


4/5


2 commentaires :

  1. J'ai adoré cette série ^^ Mais j'avais eu un peu de mal au début du tome 1, je trouvais que c'était un peu long... Et les points de vue différents me gênaient aussi un peu ^^ Mais au final, passée la première moitié du tome, j'ai adoré, et la suite encore plus ! Je te souhaite de passer un bon moment avec la suite de cette saga ^^

    RépondreSupprimer
  2. j'ai lu les deux séries, avec une préférence pour les aventuriers.

    RépondreSupprimer