MENU

jeudi 4 septembre 2014

Jack l'Eventreur - Affaire classée, Portrait d'un tueur


Auteur : Patricia Cornwell
Titre VO : Portrait of a killer : Jack the Ripper - Case Closed
Traduction : Jean Esch
Genre : Biographie, Histoire, Policier

Edition : Des Deux Terres
Parution : Février 2003
Pages : 458 pages

Prix : 22,50 euros

Résumé
Entre les mois d'août et de novembre 1888, au moins sept femmes furent assassinées à Londres dans le quartier de Whitechapel. La nature effroyable de ces meurtres provoqua la panique et la terreur dans l'East End pendant des mois, et donna naissance au surnom qui allait devenir synonyme de serial killer : Jack l'Éventreur. Pendant cent quinze ans, ces meurtres ont constitué une des plus grandes énigmes criminelles du monde.
C'est lors d'une visite à Scotland Yard, en mai 2001, que Patricia Cornwell s'est intéressée à "l'affaire" Jack l'Éventreur et à la personnalité ambiguë et inquiétante de Walter Sickert, un peintre impressionniste britannique célèbre de la fin du XIXe siècle.
Très vite, elle a eu l'intime conviction que Sickert et l'Éventreur ne faisaient qu'un. Après avoir mis en piste les plus fins enquêteurs et les meilleurs experts en médecine légale, l'auteur nous livre les résultats de son enquête et, comme un véritable témoin à charge, présente ses preuves.
Grâce à sa connaissance des enquêtes criminelles, à l'étendue de sa documentation et à ses talents de romancière, elle reconstitue l'arrière-plan de cette sinistre affaire : l'Angleterre à l'époque victorienne.

Avis de Manon
Patricia Cornwell est une auteure de romans policiers connue et reconnue, j’en veux pour preuve le nombre de livres qu’elle a vendu et les critiques qui ont été faites sur ces mêmes livres. Avec ce livre, Patricia Cornwell reste dans son domaine de prédilection : l’enquête policière. Cependant, elle s’intéresse ici à l’une des plus célèbres affaires criminelles non résolues : l’identité de Jack l’Eventreur. 
Il n’est même plus la peine de présenter ce dernier, tellement les meurtres des prostituées de Whitechapel ont fait couler d’encre. Pourtant si ces évènements ont eu lieu à la fin du XIXème siècle, aujourd’hui encore on ignore tout de l’identité de celui que l’on considère maintenant comme l’un des tous premiers tueurs en série de l’Histoire. Cette affaire a d’ailleurs inspiré beaucoup d’oeuvres de fiction, littéraires ou cinématographiques, et fait toujours l’objet des spéculations les plus folles

Patricia Cornwell nous livre donc une enquête très approfondie et documentée sur Jack L’Eventreur, qu’elle soupçonne d’être en réalité Walter Sickert, peintre impressionniste anglais. Evidemment, l’auteur nous apporte sa propre vision des meurtres et de son coupable (Horatio et les Experts n'ont qu'à bien se tenir car Cornwell, elle, arrive à résoudre des affaires vieilles d'un siècle et toc !). 
Si la thèse de la culpabilité de Sickert n’est pas nouvelle (elle a déjà été développée par Stephen Knight ou Jean Overton Fuller), elle est aussi très contestée. Mais même si on ne saura probablement jamais la vérité, il n’en reste pas moins que l’auteure a fait un travail de recherche considérable. De ce fait, j’ai apprécié de voir à la fin du livre toutes les sources dont elle s’était servie. Cela montre le sérieux et la minutie de sa recherche même si elle ne semble pas du tout objective quant à l’identité de Jack l’Eventreur.
De plus, les comparaisons qu'elle fait entre les moyens policiers et scientifiques de la fin du XIXème siècle et ceux d’aujourd’hui sont plutôt malvenues et risibles. Si Patricia Cornwell critique la manière dont l’enquête a été menée dans les années 1880, elle doit quand même bien se douter que les moyens n'étaient pas les mêmes que ceux d’aujourd’hui !! A moins que ce ne soit juste un prétexte pour étaler sa science et sa connaissance du milieu policier ? 

Malgré cela, sa plume est efficace et elle arrive sans difficulté à plonger le lecteur dans les bas fonds sordides du Londres de l'époque. Les descriptions sont vraiment minutieuses et les exactions de l’Eventreur sont reprises avec force de détails parfois trop glauques : je vous conseille donc d’avoir l’estomac bien accroché !

Au final, Patricia Cornwell nous livre SA solution quant à l’identité de Jack l’Eventreur. Et même si son parti pris en la matière est trop évident et semble parfois fausser son analyse, on ne peut qu’admirer l’important travail de recherche fourni. 
Le problème de ce type d’ouvrage est qu’il n’a en rien levé mes incertitudes mais plutôt apporté d’autres interrogations !

Extraits
"Il ne reste plus personne à inculper et à condamner. Jack l’Éventreur et tous ceux qui le connaissaient sont morts depuis des dizaines d'années. Mais il n'y a pas de prescription pour les meurtres, et les victimes de l’Éventreur ont droit à la justice."

"Très souvent, plus on questionne un témoin, plus il se remémore des détails, tout comme une personne suspecte invente des mensonges de plus en plus enjolivés et contradictoires, à force d'être interrogée."

Note
3/5



3 commentaires :

  1. moi même si j'ai adoré le livre, car très bien ecris, je ne suis pas trop d'accord avec sa solution. Mais ça reste un bon bouquin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au final je pense qu'il faut plus le prendre comme une sorte de fiction et non comme LA solution finale à l'énigme de Jack l'Eventreur !

      Supprimer
  2. Je suis très intéressée par le mythe de Jack l'Eventreur et tu viens de me donner envie de sortir le livre de ma PAL, merci ^^

    RépondreSupprimer