MENU

samedi 30 août 2014

ALE 2100

Auteur : Sophie G. Winner
Genre : Science-fiction

Format : Ebook
Pages : 646 pages


Résumé
Quand Lola, jeune étudiante, est inscrite par Eo, son compagnon de guerre sur le Net, pour un voyage hors du commun, jamais elle n’aurait imaginé affronter ça. Mais quel est donc ce futur pourri qu’on lui a réservé ? Et s’il devenait le tien, cher lecteur ? 

Une aventure trépidante. 
Un monde alternatif. 
Une quête épique.

Avis de Marie
Je remercie l’auteur pour m’avoir permis de découvrir ALE 2100.
Je vais commencer par une petite explication du titre. ALE est l’abréviation de Alternative Life Experience (expérience de vie alternative en français) et 2100 renvoie à l’année où se déroulent les évènements de cette expérience virtuelle. Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, ALE 2100 nous plonge dans un futur plus que proche, 2025, et a pour personnage principal Lola, une jeune bruxelloise de 19 ans. Un jour, Eo, son équipier sur le net, lui propose de tester un tout nouveau programme virtuel en avant-première. Encore à l’état de test, celui-ci plongera les deux joueurs dans un futur probable et très pessimiste pour l’humanité. Bien qu’il ne s’agisse que d’un jeu, notre héroïne en ressortira complètement changée…

J’avoue avoir eu beaucoup de difficultés à accrocher durant les cinquante premières pages. La mise en place était très longue et il ne se passait rien. L’entrée dans le vif du sujet (dans le jeu en fait) était assez tardive et pendant un moment, je n’ai pas bien vu où voulait en venir l’auteur. Puis, les choses se sont améliorées rapidement. Au bout d’une centaine de pages, j’ai trouvé l’histoire un peu plus intéressante notamment à partir de l’apparition dans ALE d’un mystérieux personnage : Valens.
Heureusement, la lecture était facilitée par un style d’écriture plutôt fluide. L’utilisation de termes propres aux gamers ne m’a pas dérangée, étant déjà familiarisée avec ce vocabulaire-là. Que ceux qui n’y connaissent rien ne s’affolent pas, leur signification est toujours donnée.

Mon principal reproche portera sur les longueurs. En effet, les descriptions étaient parfois beaucoup trop détaillées, trop pointilleuses, accentuant l’impression de répétitivité. Il est inutile par exemple de savoir que Lola a ouvert son frigo pour prendre tel ou tel aliment pour composer son sandwich. Il y avait donc alternance entre des passages longs et ennuyeux et des passages bourrés d’action. Or, ces passages étaient vraiment prenants ! Ces temps morts ont un peu cassé le rythme de ma lecture, c’est dommage. 
Ces quelques points négatifs sont cependant contrebalancés par une histoire originale et engagée. En effet, l’engagement écolo est très visible. Ce livre nous laisse voir un possible futur pour notre planète, et il n’a rien d’enviable. Au contraire ! L’égoïsme et l’individualisme des gens pourraient mener à la destruction de l’humanité. Pour sauver la planète, il est nécessaire de réfléchir différemment et surtout d’agir pour sauver ce qui peut encore l’être. Que l’on soit d’accord ou pas avec ce point de vue n’est pas la question. L’histoire étant racontée par Lola, il s’agit surtout du point de vue de l’héroïne et cela n’a rien de dérangeant puisque c’est le fil directeur de l’histoire.

Les personnages étaient dans l’ensemble intéressants et attachants. Lola est une jeune femme de conviction à fort caractère. Courageuse et loyale en amitié, tout le long du récit, ses actions sont toujours en accord avec sa personnalité tout en évoluant en fonction de ses expériences. Mon personnage préféré est EO : drôle et attachant, l’auteur a bien su le développer sans voler la vedette à Lola. Que ce soit dans le monde virtuel comme dans le monde réel, ses interactions avec les autres personnages sont toujours teintées d’humour, même dans les situations difficiles (mention spéciale pour le pauvre petit hérisson !). Ses échanges avec Léa, la clé virtuelle du jeu humanisée, sont parmi mes préférés. J’en suis presque venue à regretter que Lola et EO ne finissent pas ensemble. Parce que oui, dans ALE 2100, il y a bien une histoire d’amour, mais je ne peux pas en dire plus, de peur d’en dévoiler trop ! L’Emissaire est quant à lui LE personnage mystérieux du roman. Et j’ai bien aimé le fait que son identité ne soit jamais totalement confirmée. 

ALE 2100 est un roman original qui vaut le détour malgré ses quelques défauts. La personnalité de chacun des personnages et le monde dans lequel ils évoluent sont bien travaillés. Autre point important : que l’on soit sensible ou pas à la cause défendue, il ne nous laisse pas le choix en nous obligeant à nous poser des questions. Quel monde souhaitons-nous laisser aux générations futures ?

Extrait
« Etait-ce la piqure de rappel de Lucas ou un effet secondaire d’ALE ? Depuis que je voyageais dans ce monde futuriste, ma perception de mon environnement avait changé, comme si ma conscience se réveillait. Chacun de mes actes aurait une conséquence. »

Note
6,5/10



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire