MENU

mardi 15 juillet 2014

Coup de foudre à Austenland

Auteur : Shannon Hale
Titre Original : Austenland
Traduction : Julia Taylor
Genre : Romance, Comédie

Edition : Charleston
Parution : mai 2013
Pages :  254 pages

Prix : 17 euros

Résumé
Jane Hayes est une jeune New Yorkaise en apparence tout à fait normale, mais elle a un secret : son obsession secrète pour Mr Darcy, ou plus précisément pour Colin Firth jouant Mr Darcy dans l'adaptation de la BBC de Pride and Prejudice.
Résultat, sa vie amoureuse est proche du néant : aucun homme n’est à la hauteur de la comparaison. Quand une riche parente lui laisse en héritage un séjour de 3 semaines dans un centre chic pour les Austen-addicts, les fantasmes de Jane impliquant une rencontre fortuite avec un héros tiré tout droit de l'époque de la Régence deviennent un peu trop réels. Cette immersion dans cet Austenland réussira-t-elle à débarrasser Jane de son obsession pour lui permettre de rencontrer un vrai Mr. Darcy ?


Avis
Inconditionnel(le)s de Jane Austen ou adeptes de comédie romantique, dépêchez-vous de prendre votre billet pour Austenland. 
Jane Hayes est new-yorkaise d’une trentaine d’années bien sous tout rapport. Cependant sa vie amoureuse est un vrai désastre. Tout cela à cause d’une légère fixation ou plutôt obsession pour les oeuvres de Jane Austen, et plus précisément sur Orgueil et Préjugés et Mr. Darcy (surtout celui interprété par Colin Firth dans le téléfilm de 1995). Qu’à cela ne tienne, lorsque sa grande-tante décède, celle-ci lui lègue un héritage un peu particulier : des vacances de trois semaines à Pembrook Park en Angleterre. Dans ce domaine un peu spécial, Jane va se glisser dans la peau d’une jeune femme du XIXème siècle et faire semblant de vivre en 1816, au milieu d’autres d’autres invités et d’acteurs. Mais entre réalité et comédie, Jane arrivera-t-elle à se défaire de son obsession pour ce cher Mr. Darcy ?


En règle générale, je suis assez déçue par les romans qui se revendiquent « austeniens » et proposent une suite ou une adaptation moderne des oeuvres de Jane Austen. Ici cela n’a absolument pas été le cas, je remercie donc les éditions Charleston pour ce superbe envoi !
Au début j’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’intrigue car je trouvais le style d’écriture un peu lourd et forcé. Pourtant, passer les trente premières pages, l’écriture devient beaucoup plus fluide et agréable. Je me suis donc facilement laissée happer par l’histoire, drôle et romantique à souhait, et je n’ai pas vu le temps passer. Le livre est bourré de références à Jane Austen et à ses oeuvres mais on retrouve aussi de nombreux clins d’oeil à Charles Dickens, aux soeurs Brontë ou encore à Ann Radcliffe pour ne citer qu’eux. 

Jane est une héroïne des plus attachantes, à la fois drôle et tendre, et dans laquelle on peut toutes se retrouver. Le trait n’est jamais exagéré ou trop poussif. Ses échecs amoureux et ses hésitations me l’ont rendus d’emblée sympathique. Il faut dire que, la pauvre, ne sait plus où elle en est au beau milieu de ce XIXème siècle factice. Son coeur balance entre Martin, le beau jardinier et Mr. Nobley, gentleman-acteur, qui ressemble beaucoup plus à Mr. Darcy qu’elle ne veut l’admettre. Surtout qu’entre jeu d’acteur et sentiments réels, il ne semble n'y avoir qu’un pas…

La construction du roman est aussi intéressante. Les différents chapitres correspondent aux jours que Jane passe à Pembrook Park, ce qui n’a en soit rien de transcendant. Par contre, entre chaque chapitre, l’auteure s’est amusée à insérer une page consacrée à un ex-petit-ami de Jane. J’ai trouvé cette idée très originale et surtout très drôle quand on voit la manière dont ont fini les relations de la jeune femme. 

Que vous soyez fan de Jane Austen ou de comédies romantiques, ne boudez pas votre plaisir. C’est léger et distrayant… Que demander de plus !!

Extraits 
« D’après les critères des enfants de sixième, Justin et Jane « sortaient ensemble », depuis le CM1, depuis qu’il avait partagé avec elle ses bonbons à la fête de l’école. Cela se traduisait de différentes manières : parfois, Justin la poussait dans les couloirs, Jane lui envoyait des cartes de saint-Valentin (…) et, quand ils recevaient un appel anonyme leur demandant de classer leurs camarades de classe par ordre de beauté, chacun donnait 10/10 à l’autre. »

« Jamais elle n’aurait rêvé de trouver ce trésor à Austenland : un homme, un vrai ! Quelqu’un à embrasser, avec qui elle se sentait belle et sexy. Quelqu’un qui n’insistait pas pour qu’elle lui donne plus que ce qu’elle était prête à donner, qui lui permettait de vivre des moments de perfection, qui lui donnait envie de sourire au lieu de sans cesse se projeter dans un futur improbable. Pour la première fois depuis des années, depuis toujours peut-être, Miss Jane Hayes se sentait… détendue. » 

« - Est-ce que je viens de crier « Ya ! » ?
- Vous venez de crier « Ya ! », confirma-t-il. Si je ne me trompe pas, c’était un cri de guerre, je crois que vous étiez sur le point de m’attaquer. 
- Je, euh… Jusqu’à cet instant précis et gênant, je ne m’étais jamais rendue compte que, quand je me sens menacée, ma réaction instinctive est de prétendre être un ninja. »

« Les fantasmes sont l’opium des femmes. »

Note

8/10

4 commentaires :

  1. Je pense que je vais le lire, merci pour ta chronique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ^^J'espère qu'il te plaira à toi aussi. N'hésite pas à me dire ce que tu en auras pensé !!

      Supprimer
  2. C'est un roman que j'ai adoré aussi !

    RépondreSupprimer
  3. je ne connaissais pas du tout et ça m'a l'air bien sympa :)

    RépondreSupprimer