MENU

samedi 17 mai 2014

Anno Dracula

Auteur : Kim Newman
Titre VO : Anno Dracula
Traduction : Thierry Arson et Maxime Le Dain
Genre : fantastique, horreur

Edition : Bragelonne
Parution : 2012
Pages : 473 pages

Prix : 8,60 euros
Achat : Amazon – Anno Dracula (version poche)

Résumé
LONDRES, 1888. L’obscur voile de la terreur est tombé sur la capitale depuis que la reine Victoria s’est unie au sulfureux comte Dracula. Sous son influence, les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des vampires, toujours plus puissants. 
Mais la riposte ne se fait pas attendre. Dans les sinistres ruelles de Whitechapel, un assassin surnommé Scalpel d’Argent massacre les prostituées aux canines un peu trop aiguisées. Lancés dans la traque du tueur, Geneviève Dieudonné, une vampire à la jeunesse éternelle, et Charles Beauregard, espion pour le Diogene’s Club, vont devoir gravir les échelons du pouvoir. Et s’approcher dangereusement du souverain le plus sanguinaire qu’a jamais connu le royaume.

Avis
Kim Newman revisite le mythe du Dracula de Bram Stoker en apportant un simple changement : Jonathan Harker et Van Helsing n’ont pas réussi à vaincre le terrible vampire. Et quelles terribles conséquences pour l’Angleterre !

Dracula est sorti au grand jour et règne désormais sur les Anglais. Conséquence : les vampires sont de plus en plus nombreux dans les rues de Londres et sont des citoyens anglais à part entière. Mais les prostituées vampires sont la cible d’un meurtrier hantant les ruelles de Whitechapel. Deux personnes vont alors être chargées d’enquêter sur ces meurtres : Charles Beauregard et Geneviève Dieudonné. Au fil de leur enquête, ils vont rencontrer de nombreux personnages au nom bien souvent évocateur comme le docteur Seward et Arthur Homwoold (Dracula) mais aussi l'inspecteur Lestrade (personnage emblématique de l'univers de Sherlock Holmes). Nos deux héros vont alors se retrouver plongés au coeur d’un complot qui les dépasse. 

Ce roman a été un vrai coup de cœur ! Sur fond d’enquête policière, l’auteur en profite pour nous offrir sa version de Dracula avec des références de toutes sortes. Ainsi, comment ne pas penser à Jack l’Eventreur à la lecture du résumé ? D’autres personnages historiques sont également évoqués et, pour certains, occupent une place plus ou moins importante comme la reine Victoria ou encore Oscar Wilde. L’auteur s’est également amusé à disséminer des références littéraires tout au long du récit : le Docteur Moreau et Lestrade trouvent tout à fait leur place ici. Leurs interventions ou simplement leur mention permettent de rythmer l’enquête des deux héros que sont Charles et Geneviève.
Charles, espion au service du Diogene’s Club, et Geneviève, une vampire, vont donc unir leurs efforts pour découvrir l’identité de Scalpel d’Argent et mettre fin à ses meurtres. En soi, je n’ai pas trouvé leur personnalité très marquante même si j’ai apprécié la façon dont leur relation se développe et le fait que leur passé soit évoqué. Vraiment, le point fort de ce livre est son contexte et l’ensemble de ses personnages, le tout en respectant le Dracula de Bram Stoker (ou, en tout cas, davantage que nombre de livres récents ayant pour personnages principaux des vampires !). Certes, dans l’œuvre de Bram Stoker, Dracula a mis plus de 400 ans avant de sortir de sa Transylvanie alors que chez Kim Newman, il met seulement quelques années pour conquérir l’Angleterre. Mais, bon, peut-être qu’il en avait assez de « perdre son temps » ! D’ailleurs, le fait d’avoir intégrer au récit des extraits du journal phonographique du Docteur Seward permet encore plus de se raccrocher au roman initial. 

Je ne me suis absolument pas ennuyée à la lecture d’Anno Dracula, je l’ai même dévoré ! Le cadre, les personnages, le style d’écriture... J’ai vraiment tout apprécié dans ce roman horrifique qui revisite le genre avec quelques touches d’humour. Seul regret : il m’a laissée sur ma faim puisque je ne savais pas qu’il y avait une suite lorsque je l’ai commencé. Maintenant, je n’ai qu’une hâte : aller acheter le deuxième tome. 

Je conseille ce livre à tous ceux qui aiment les romans policiers se déroulant à l’époque victorienne. Je le recommande également aux lecteurs lassés par cette nouvelle version du vampire qui ne possède des crocs que pour se donner un style et qui se contente de mettre des lunettes de soleil pour éviter d’avoir mal aux yeux (et non parce que le soleil, c’est vraiment pas bon pour leur santé !). 
Par ailleurs, il vaut mieux avoir déjà lu le Dracula de Bram Stoker afin de mieux rentrer dans l’histoire et comprendre le rôle de chaque personnage et les raisons qui les ont poussés à agir. Mais ce n’est pas une obligation.

Petite citation : « Mr Holmes aurait été capable de donner le nom de jeune fille de la mère de Scalpel d’Argent, chuchota Lestrade à Geneviève, et rien qu’en examinant la cendre d’un cigare ».

Note


9/10



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire